« Le nettoyage dans la fonction publique est comme celui opéré en Allemagne après la réunification »

0

Pour le porte-parole de la Présidence turque, Ibrahim Kalin, l’éloignement des membres de l’organisation terroriste guléniste/structure d’Etat parallèle (FETO/PDY) de la fonction publique, «ressemble au Einigungsvertrag (Accord de réunification) de 1990 entre les deux Allemagnes».

Ibrahim Kalin a rédigé, mercredi, une tribune pour le quotidien turc anglophone Daily Sabah, dans laquelle il est revenu sur les mesures prises par le gouvernement turc après la tentative de coup d’Etat du 15 juillet, orchestrée par FETO.

«La nuit du 15 juillet restera dans l’histoire de la Turquie comme une nuit sombre. Mais grâce à la résistance et au courage du peuple turc, cette nuit sombre a laissé la place à un jour lumineux. Après la tentative ratée, une grande unité sociale et un consensus politique sont apparus, ce qui va permettre le renforcement de notre structure démocratique», a-t-il dit.

«La nuit du 15 juillet, des millions de citoyens turcs de tout bord politique ou idéologique, se sont dressés contre les putschistes de FETO pour défendre la démocratie, les libertés et l’Etat de droit. Tous les partis politiques ont fait preuve d’un grand respect des valeurs démocratiques. Le 25 juillet, le Président de la République, Recep Tayyip Erdogan a reçu les présidents des partis de l’opposition et tous ont soutenu la demande d’extradition de Fethullah Gulen», a-t-il rappelé.

Selon Kalin, si les Etats-Unis décident de ne pas extrader Gulen, ce sera une grave erreur. Ils donneront l’image de se cacher derrière le système judiciaire pour protéger Gulen. C’est pourquoi je pense qu’ils vont collaborer avec la Turquie, car Gulen est aussi une menace pour ce pays, comme il l’est pour le nôtre», a-t-il ajouté.

Le porte-parole de la présidence turque a également critiqué les autorités américaines qui réclament «toujours» des preuves pour l’extradition de Gulen.

«Notre chef d’état-major a expliqué dans son témoignage aux procureurs que lorsqu’il a été retenu en otage, les putschistes lui ont proposé de s’entretenir avec Gulen. De plus, d’autres généraux putschistes ont avoué être membres de FETO. Il y a de très nombreux témoignages dans ce sens», a-t-il encore dit.

Ensuite le porte-parole de la présidence turque est revenu sur les réactions des pays européens après le 15 juillet.

«Je pense que de nombreux pays européens et les Etats-Unis n’ont pas totalement compris ce qu’il s’est passé cette nuit là, la violence des putschistes et la courageuse résistance du peuple turc. Au lieu de soutenir le combat de la Turquie contre les membres de FETO, les Européens préfèrent nous donner des avertissements sur le respect de la démocratie et du droit. Certains vont même jusqu’à dire que c’est le gouvernement qui a fait un coup d’Etat», a-t-il dénoncé.

Ibrahim Kalin a expliqué que l’opinion publique turque est sérieusement déçue par le comportement des Européens qui ne voient pas l’assassinat de centaines de civils innocents par les putschistes.

Il a rappelé qu’en dehors de simples condamnations, personne n’est venu d’Europe après le 15 juillet pour soutenir la démocratie en Turquie.

Concernant le nettoyage dans la fonction publique des membres de FETO, Ibrahim Kalin a donné l’exemple de la réunification des deux Allemagne en 1990.

«Le nettoyage des Gulénistes ressemble au Einigungsvertrag (Accord de réunification) de 1990 entre l’Allemagne de l’Ouest et l’Allemagne de l’Est. Environ 500 000 fonctionnaires d’Allemagne de l’Est ont été limogés ou suspendus. Après la réunification, tous les généraux et amiraux de l’armée est-allemande, composée de 88 000 soldats, ont été limogés. En plus des soldats et fonctionnaires, de très nombreux académiciens, enseignants, diplomates et journalistes ont été licenciés par l’Etat allemand», a-t-il mentionné.

«Les autorités allemandes ont pris toutes ces mesures pour permettre le passage sans problème de la réunification. Alors que nous, nous faisons face à une meurtrière tentative de coup d’Etat. Ceux qui défendent la démocratie et la Turquie, doivent soutenir notre combat contre l’organisation FETO», a-t-il encore dit.

Kalin a indiqué que le gouvernement, en consultant les partis d’opposition, va réaliser les réformes structurelles pour garantir un fonctionnement transparent qui devra rendre des comptes, afin d’empêcher toute nouvelle tentative de coup d’Etat.

 

AA

TRT FR

Partager cet article? http://turquie2023.com/L4cVUM
Partagez.

À propos de l’auteur

Les commentaires sont fermés.