Obama: « la Russie n’est pas fiable en Syrie mais les alternatives sont limitées »

0

Le président américain Barack Obama a déclaré, jeudi, douter de la volonté de la Russie de négocier une paix durable en Syrie, ajoutant que les États-Unis doivent néanmoins s’engager à mettre fin à la violence.

« Nous allons essayer et voir si nous pouvons obtenir quelque chose qui colle, si non, la Russie se serait montrée alors et très clairement un acteur irresponsable au niveau mondial, qui soutient un régime meurtrier, et nous aurions à lui répondre sur la scène internationale », a déclaré Obama lors d’une conférence de presse tenue au Pentagone, à la suite d’une réunion avec ses conseillers de sécurité

Le Président américain a cependant atténuer son propos en indiquant que son pays insistera sur certains «seuils» s’il doit accroître la coopération avec la Russie, qui comprendra aussi la contrainte du gouvernement syrien, « demeuré jusqu’ici insaisissable » a-t-il dit.

Les Etats Unis sont actuellement en pourparlers avec la Russie pour un éventuel élargissement de la coopération militaire en Syrie, qui pourrait inclure le partage de renseignements. Mais le plan a été interrompu par certains fonctionnaires, en particulier au Pentagone, qui doutent de la fiabilité de la Russie.

Le président américain a critiqué les actions de la Russie dans une « Syrie ravagée par la guerre » en disant qu’elles « soulèvent des questions très graves » au sujet de l’engagement russe à aider ce pays « au bord du gouffre » à ne pas sombrer. Il a par ailleurs reconnu « les options sont limitées ».

« Nous devons tester si oui ou non nous pouvons obtenir une cessation effective des hostilités qui marquera la fin de tous types de bombardements aériens, de la mort de civils et de la destruction que nous avons vu perpétuer par le régime al-Assad, » a-t-il dit.

Si un tel accord est possible « alors nous devons essayer, parce que l’alternative est la perpétuation de la guerre civile », a insisté Obama.

Les États-Unis et la Russie avaient déjà convenu d’une cessation des hostilités en Février dernier, mais l’accord a été effiloché au cours des derniers mois car les affrontements entre rebelles et forces alliées au président syrien Bachar al-Assad se sont poursuivies, notamment à Alep, où les forces d’Assad ont récemment assiégé les parties de la ville tenues par l’opposition.

« Les violations de cette cessation [des hostilités]ont augmenté au point où elle existe à peine», a souligné Obama.

AA

TRT FR

Partager cet article? http://turquie2023.com/PhOTh0
Partagez.

À propos de l’auteur

Les commentaires sont fermés.