« Le « Meeting de la Démocratie et des Martyrs » n’est pas celle d’un parti mais de la Turquie »

0

« Ce sera la manifestation politique la plus importante de toute l’histoire de la République de Turquie », a affirmé le vice-Premier ministre turc, Numan Kurtulmus, parlant du « Meeting de la Démocratie et des Martyrs », qui aura lieu, ce dimanche, sur l’esplanade Yenikapi d’Istanbul.

« Nous espérons ne rencontrer aucune difficulté et réaliser cette manifestation en paix et en sécurité » a-t-il dit. 

Kurtulmus a fait ces déclarations, dimanche, lors d’une interview accordée à la chaîne d’information turque « CNN Turk ».

Le chef du parti CHP [parti républicain du Peuple, opposition], Kemal Kilicdaroglu, et celui du MHP [parti d’Action nationaliste, opposition], Devlet Bahceli, devront participer à cette manifestation, qui aura ainsi un caractère national.

« Ce n’est pas la manifestation d’un parti politique mais celle de la Turquie, du peuple turc. Nous espérons qu’elle se déroulera dans une atmosphère digne », a tenu à préciser Kurtulmus.

« Que nos citoyens ne s’inquiètent pas et viennent sereinement. Nous espérons qu’il n’y aura pas de problèmes sécuritaires. Nous avons pris les mesures nécessaires jusqu’au plus petit détail », a-t-il souligné.

Kurtulmus a indiqué par ailleurs qu’aucune invitation officielle n’a été envoyée au parti HDP [Parti démocratique des Peuples] car « Il [le HDP]ne s’est pas distancé de l’organisation terroriste du PKK. »

Revenant sur la tentative de coup d’Etat manqué, le vice-Premier ministre a déclaré que le but premier de l’organisation terroriste guléniste/structure d’Etat parallèle (FETÖ/PDY) par cette tentative du 15 juillet, était de déclencher une guerre civile en Turquie.

« Avec le soulèvement militaire avorté du 15 juillet, le réseau FETO voulait déchirer le pays et le préparer à une guerre civile », a affirmé le vice-Premier ministre. 

« Leur objectif n’était pas seulement de prendre les commandes de l’Etat. Le but premier de ce coup d’Etat était de préparer la Turquie à l’occupation étrangère. Je ne veux pas donner de noms mais je tiens à rappeler qu’en Irak, le passage d’un puissant gouvernement dirigé par Saddam Hussein à un pays déchiré, a duré 20 mois », a-t-il poursuivi. 

« L’occupation de ce peuple [ turc ] n’est pas si facile. C’est pour cela qu’ils ont mal fait leur calcul. Lorsque les armées de l’occupation sont arrivées en Irak, le peuple n’est pas descendu dans les rues. Ici, [en Turquie]des millions de personnes sont descendus dans les rues au prix de leur vie », a-t-il dit.

 

AA

TRT FR

Partager cet article? http://turquie2023.com/OpyvnF
Partagez.

À propos de l’auteur

Les commentaires sont fermés.