Cavusoglu : « Ce n’est pas l’Occident qui va définir l’avenir de nos relations avec la Russie »

0

La Turquie et la Russie mettront en place un mécanisme tripartite pour la Syrie, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu.

Le chef de la diplomatie a été invité à la Table des éditeurs de l’Agence Anadolu, mercredi.

Il a commenté l’actualité turque et les relations entre la Turquie et la Russie, dont il a salué la normalisation.

« Nous allons créer un mécanisme triparti avec la Russie concernant la Syrie, a-t-il annoncé. Dès ce soir [mercredi]le directeur du renseignement turc, un représentant du ministère des Affaires étrangères et un autre de l’armée arriveront à St-Pétersbourg. Le niveau de représentation sera élevé prochainement aux chefs de la diplomatie des deux pays »

« Nous partageons les mêmes points de vue [avec Moscou]sur le cessez-le-feu, l’aide humanitaire et la solution politique en Syrie. Nous pouvons avoir des idées différentes sur la manière d’assurer le cessez-le-feu. Nous ne voulons pas que les civils soient touchés et nous ne trouvons pas opportun que l’opposition modérée soit aussi frappée. Nous condamnons le siège d’Alep », a ajouté Cavusoglu.

Le ministre turc a attiré l’attention sur l’organisation terroriste FETO qui « agit ouvertement pour détériorer les relations bilatérales de la Turquie avec tous les pays, pas seulement avec la Russie ».

Il a, à ce propos, abordé la crise de l’avion de combat russe abattu en novembre 2015, à la frontière entre la Syrie et la Turquie.

« Certains pilotes impliqués dans cette affaire ont été arrêtés, pas pour avoir abattu l’avion, mais parce qu’ils sont membres de l’organisation terroriste FETO, a fait remarquer le ministre. La justice se chargera d’étudier tous les aspects de l’affaire », a-t-il dit.

Cavusoglu a rappelé que la Turquie a renforcé ses relations avec la Russie même quand ses relations avec l’Europe étaient à leur apogée. Il a ajouté que les deux pays visent un volume commercial de 100 milliards de dollars pour les prochaines années, et envisagent d’accélérer les démarches pour construire la centrale nucléaire d’Akkuyu dans le sud de la Turquie.

« Ce [le rapprochement avec Moscou]n’est pas un message contre l’Occident, a-t-il déclaré. Nous le faisons pour nos intérêts et ceux de la région. Nous sommes clairs dans nos relations avec l’Occident et l’Union européenne (UE) », a-t-il déclaré.

Soulignant que la plupart des pays européens ont montré leur véritable relation à l’égard de la Turquie après la tentative du coup d’État du 15 juillet, Cavusoglu a affirmé: « Ce n’est pas [notre avenir avec]l’Occident et l’UE surtout, qui va [vont]définir l’avenir des relations turco-russes. Chacun a ses propres dynamiques»

Quant aux relations avec l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), Cavusoglu a dit que la Turquie voulait renforcer, depuis de nombreuses années, la coopération militaire et de défense avec les pays membres.

« Mais nous n’avions pas obtenu de réponses satisfaisantes et suffisantes. Nous devons assurer la défense de notre territoire, c’est pourquoi nous nous tournons vers d’autres possibilités [coopération avec la Russie] sans que cela soit contre l’OTAN », a-t-il soutenu.

Cavusoglu a aussi ajouté que la Turquie constate un rapprochement entre le FETO et l’Égypte.

« Nous observons une volonté chez l’organisation terroriste FETO de développer des relations avec l’Égypte, la même volonté semble exister au niveau du gouvernement égyptien, a-t-il dit. Mais aucune information concrète n’indique que Fethullah Gulen chercherait à se réfugier en Égypte».

Au sujet des déserteurs membres de FETO à l’étranger, le chef de la diplomatie turque a fait savoir que la Bulgarie avait refusé la demandé d’asile politique d’un membre de FETO appelé Abdullah Buyuk.

« Les autorités bulgares ont décidé de l’extrader et il est en ce moment en route vers la Turquie » a-t-il assuré.

AA avec TRT

TRT FR

Partager cet article? http://turquie2023.com/5ItuVQ
Partagez.

À propos de l’auteur

Les commentaires sont fermés.