Les réfugiés Rohingyas « luttent pour survivre »

0

Les musulmans Rohingyas de l’État de Rakhine (Arakan), qui se sont réfugiés au Bangladesh en raison des massacres commis par l’armée birmane depuis le 25 août dernier, luttent contre la famine et le froid. 

Le directeur de la Fondation turque d’aide humanitaire de Konya (centre), Hasan Hüseyin Uysal accompagné d’une délégation, s’est rendu dans les camps de réfugiés pour acheminer les aides humanitaires des bénévoles. 

Près de 700 milles Rohingyas, dont une grande majorité composée de femmes et d’enfants, ont fui les massacres commis par l’armée birmane et se sont réfugiés au Bangladesh. 

Uysal a présenté au correspondant d’Anadolu les données relatives aux constatations menées par l’IHH durant dix jours dans la région. 

Il a tout d’abord expliqué qu’ils ont lancé une campagne d’aide humanitaire dès le début des violences et des attaques commises contre les Rohingyas et qu’ils se sont rendus dans la région, le 25 octobre dernier pour y acheminer ces aides. 

« Tous les jours, les équipes de l’IHH ont distribué des aides humanitaires d’urgence et de nourriture à 1000 familles », a-t-il dit. 

Uysal a affirmé que : « les bénévoles de la province turque de Konya ont rassemblé une aide financière d’un million trois-cents-mille livres turques », une somme qui a été remise aux réfugiés. 

Il a reconnu que les Rohingyas affrontent des conditions dramatiques et désastreuses dans les camps de réfugiés. 

Rappelant le génocide commis contre les musulmans Rohingyas dans l’État de Rakhine, Uysal a poursuivi : « Près de 700 milles personnes démunies vivent dans des abris d’une surface de 15 à 20 mètres carrés fabriqués à base de bambou et s’assoient sur des tapis en nylon. Ils luttent pour survivre ». 

« La distance qui sépare les abris varie de 50 centimètres à 1 mètre […] On ne peut pas parler d’intimité, ni de vie familiale. C’est une situation inacceptable et catastrophique », a-t-il conclu. 

Depuis le 25 août dernier, l’armée birmane, commet un génocide contre les musulmans Rohingyas dans l’État de Rakhine (Arakan), dans le sud-ouest du Myanmar, tuant et blessant des milliers de civils, selon des militants locaux. 

Les violations ont obligé plus de 820 mille personnes à s’enfuir au Bangladesh, selon les données les plus récentes de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). 

Le gouvernement du Myanmar considère les musulmans Rohingyas comme des « migrants clandestins en provenance du Bangladesh », tandis que les Nations Unies les considèrent comme étant « la minorité religieuse la plus persécutée au monde ».

 

 

 

 

 

 

 

 

AA

TRT FR

Partager cet article? http://turquie2023.com/aXuU4l
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire