Turquie – UE : «Ankara pourra négocier un accord plus avantageux»

0

«L’Europe a plus besoin de la Turquie que la Turquie a besoin de l’Europe», a affirmé le président du Forum Al Sharq think-tank, Wadah Khanfar. 

Khanfar a accordé une interview à l’agence Anadolu alors qu’il se trouvait à Londres pour participer à la conférence intitulée : «L’Europe et ses voisins», organisée conjointement par le Forum Al Sharq et Chatham House.

Mentionnant la crise économique en Europe et la sortie du Royaume-uni de l’Union Européenne, Khanfar a déclaré que «La position actuelle de la Turquie est beaucoup plus forte que celle de l’Europe. Dans l’avenir, la Turquie pourra négocier pour un accord beaucoup plus avantageux »,a-t-il ajouté.

Selon Khanfar, la Turquie est entrain de se «re-positionner» stratégiquement dans la zone et dans le monde. «J’estime qu’il y a entre la Turquie et l’Europe, une très grande distance qui n’avait jamais existé auparavant».

Insistant sur le fait que depuis 60 ou 70 ans, la Turquie avait adopté une perspective proche de celle de l’Otan et de l’Europe, Khanfar a souligné que : « L’affaiblissement des relations de la Turquie avec celles de l’Europe et de l’OTAN, signifie l’affaiblissement de l’Europe

Khanfar a souligné que la crise en Syrie, en Irak et dans le reste du Moyen-Orient a atteint un niveau affectant plus la Turquie que l’Europe.

C’est la raison pour laquelle « elle ne peut pas se permettre de regarder les développements sans rien faire ».

D’après Khanfar, l’Europe met ses intérêts «économiques» au premier plan, dans les relations qu’elle établies avec les pays du Moyen-Orient, .

«L’Europe ne défend plus la liberté et la démocratie», a-t-il critiqué. 

« L’économie de la Turquie croît plus rapidement que celle de l’Europe. En d’autres termes, la Turquie n’a pas besoin de l’Europe. Elle a seulement besoin que l’Europe cesse d’interférer sur ses affaires internes », a-t-il poursuivi. 

«La position de l’Europe face aux problèmes internes du pays, notamment son approche concernant la tentative de coup-d’Etat du 15 juillet, n’encourage pas la Turquie à avoir des relations proches avec elle»,a-t-il encore dit.

Khanfar a déclaré: «l’Europe a une approche deux poids deux mesures face à notre région». 

«D’une part, ils ne se gênent pas d’avoir des relations proches avec les dictateurs, comme le soutien qu’ils ont apporté au coup d’état militaire en Egypte. D’autre part, ils ont une approche indulgente face à ce qui se passe en Arabie Saoudite et dans le monde arabe.»,a -t-il souligné.

«Mais quand il s’agit de la Turquie, ils tentent de donner des leçons de valeurs et d’interférer dans sa politique intérieure»,a -t-il fait remarquer.

Khanfar a ajouté qu’il se demande parfois si «derrière cette approche de deux poids deux mesures, il y a des intérêts personnels ou une idéologie

AA

TRT FR

Partager cet article? http://turquie2023.com/zWRihN
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire