Bangladesh : Retour à la normale dans les camps de réfugiés Rohingyas

0

La vie a repris son cours normal, vendredi, dans les camps de réfugiés Rohingyas au Bangladesh, à la suite de l’annulation par le gouvernement d’un plan visant leur rapatriement au Myanmar. Le plan en question a en effet été abandonné, parce que les conditions d’un « retour volontaire » n’étaient pas remplies.

« Le gouvernement [bangladais]ne pourra pas contraindre les Rohingyas à retourner au Myanmar sans garantir leur protection et leurs droits civils », a déclaré aux fidèles réunis pour la prière du vendredi, Abdul Hakim, imam d’une mosquée à proximité du camp de réfugiés d’Unchiprang, près de la ville frontalière de Cox’s Bazar.

Environ 500 réfugiés Rohingyas se sont rassemblés pour les prières du vendredi, alors que les autorités bangladaises ont temporairement levé le dispositif sécuritaire installé à l’entrée du camp d’Unchiprang afin d’apaiser les tensions, a rapporté l’agence Associated Press.

Hier jeudi, des responsables du Bangladesh avaient annoncé l’annulation du projet de rapatriement des réfugiés Rohingyas au Myanmar, après avoir échoué à les convaincre d’y retourner volontairement.

Près d’un milliers de réfugiés rohingyas avaient manifesté contre le projet de leur rapatriement au Myanmar.

Il était prévu de rapatrier un premier contingent de 2 mille 200 réfugiés rohingyas à partir de la mi-novembre, à raison de 150 réfugiés par jour.

En vertu de l’accord conclu entre le Myanmar et le Bangladesh sous la médiation des Nations Unies, le retour des Rohingyas doit « être volontaire », condition que les autorités des deux pays ne sont pas parvenues à remplir.

Mardi dernier, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres avait appelé le Bangladesh et le Myanmar à mettre fin au rapatriement des réfugiés rohingyas.

« Le retour doit être volontaire et les réfugiés doivent décider par eux-mêmes décident où ils veulent retourner, dans la sécurité et la dignité », a-t-il déclaré.

Depuis août 2017, des milliers de Rohingyas ont été massacrés par l’armée du Myanmar et des milices extrémistes bouddhistes, selon des sources locales et internationales concordantes. Environ 826 mille d’entre eux se sont réfugiés au Bangladesh voisin, selon les Nations Unies.AA

TRT FR

Partager cet article? http://turquie2023.com/TJtnq7
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire