Erdogan: « Les décisions de la CEDH ne nous contraignent pas »

0

Le président de la République, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré que la demande de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) concernant l’ex-co président du HDP, Selahattin Demirtas, ne contraint pas la Turquie.

M. Erdogan a répondu aux questions des journalistes à la suite de la réunion du groupe parlementaire de l’AK Parti dont il est le président.

Il a été interrogé sur la décision de la CEDH demandant la libération de Selahattin Demirtas, contre lequel une procédure judiciaire est en cours pour liens avec l’organisation terroriste et séparatiste PKK.

« Les décisions de la CEDH ne nous contraignent pas. La plupart des décisions prises jusqu’à présent concernant l’organisation terroriste sont défavorables. Beaucoup de choses peuvent être faites en retour. Nous contre-attaquerons. Le terrorisme continue de sévir » a-t-il déclaré.

M. Erdogan a signalé, dans le discours prononcé au cours de la réunion du groupe parlementaire de son parti, que le monde occidental défend ceux qui vandalisent les rues sous le prétexte de l’écologie.

Il a évoqué les événements du parc Gezi, soutenus par l’Occident et menés sous le prétexte de l’écologie en 2013.

« Ceux qui avaient incendié les rues devraient voir ce qu’est l’écologie en visitant les parcs de la Nation (millet bahceleri). Les personnes en lien avec (les événements de) Gezi ont été placées en garde à vue. Des déclarations sont faites par l’Occident et les milieux bien connus. Tout comme il y a des financeurs de ce genre d’affaires dans le monde, il y en a également en Turquie. Pourquoi l’Occident est dérangé lorsque ces personnes sont en détention? Quand cela se produit dans votre pays, c’est une catastrophe. Mais lorsque c’est en Turquie, ce sont des académiciens. Nous ne croyons pas à vos prétextes » a-t-il lancé.

 

TRT FR

Partager cet article? http://turquie2023.com/vqpGzE
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire