Trump ne trouve de soutien pour l’YPG/PKK auprès des pays européens et arabes

0

 

L’administration américaine n’arrive pas à trouver le soutien qu’elle cherche auprès des pays européens et arabes pour les zones contrôlées par l’organisation terroriste séparatiste YPG/PKK (utilisant le nom de Forces démocratiques syriennes FDS), pour la période qui suivra le retrait des soldats américains de Syrie.

Le journal américain Wall Street Journal qui cite des responsables américains et étrangers, a publié un article à ce sujet.

Ainsi l’administration Trump aurait demandé à 21 pays d’envoyer des soldats en Syrie. La moitié de ces pays auraient répondu par la négative. Quant aux autres pays, ils auraient promis un soutien infime.

L’administration Trump a d’ores et déjà effectué deux tournées auprès de ses alliés européens pour demander leur soutien. La première tournée comprenait l’Angleterre, la France, le Danemark, l’Autriche, la Norvège et la Belgique.

De plus, les autorités américaines se sont entretenues avec 14 pays européens quelques semaines auparavant, pour demander un soutien logistique, une formation militaire et une aide financière pour assurer la stabilité. La plupart des pays européens souhaiterait prendre part dans la lutte anti-Daesh mais éviter de se trouver en Syrie durant le processus post-Daesh. Par ailleurs, certains pays attendraient que les Etats-Unis annoncent les détails de leur stratégie en Syrie et d’autres préféreraient apporter un soutien humanitaire plutôt que militaire.

En outre, les Etats-Unis auraient demandé aux pays arabes des aides financières et non-militaires.

 

L’absence de soutien à l’administration Trump pour les zones contrôlées par l’YPG/PKK rend encore plus complexe le retrait des soldats américains, selon le Wall Street Journal.

TRT FR

Partager cet article? http://turquie2023.com/CbiUDM
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire