Akar : « Le centre d’opérations conjointes turco-américain entrera en fonction très prochainement »

0

 

Le ministre turc de la Défense nationale Hulusi Akar a fait savoir que le centre d’opérations conjointes qui sera constitué suivant le consensus établi avec les États-Unis au sujet de la formation de la zone sécurisée au Nord de la Syrie, sera mis en place très prochainement.

Akar a répondu aux questions relatives à l’actualité lors d’une interview accordée à la chaine d’information TRT Haber.

Akar a été interrogé concernant l’accord établi avec les États-Unis pour la formation d’une zone sécurisée au Nord de la Syrie.

Il a fait savoir qu’après ses entretiens avec l’émissaire spécial des États-Unis pour la Syrie, James Jeffrey, et le secrétaire d’État américain à la défense, Mark Esper, une délégation américaine a été envoyée en Turquie pour réaliser des entretiens entre les 5 et 7 août.

Au terme des entretiens certaines étapes déterminées ont été surmontées et un consensus a été établi.

« Nous considérons que c’est un bon début. Nous avons affirmé notre souhait, nos inquiétudes et nos demandes, et eux nous ont fait savoir leur opinion. À ce sujet nous avons demandé le retrait de l’organisation terroriste YPG de la région sécurisée et la récupération des armes lourdes livrées à cette organisation terroriste. Le contrôle et la coordination de l’espace aérien ainsi que le partage de renseignements sont des sujets importants. Nous sommes parvenus à un consensus à un certain niveau dans ces sujets », a-t-il a assuré.

« Nous avons porté à l’agenda la formation dans les prochains jours du centre d’opérations conjointes et l’application sur le terrain des sujets sur lesquels nous sommes parvenus à consensus, via des travaux détaillés qui seront effectués dans ce centre. Ces travaux débuteront dans les jours à venir », a-t-il ajouté.

En réponse à une question lui demandant s’il y avait un délai imparti, Akar s’est exprimé comme suit :

« Nous avons déterminé certains délais. Car nous avons constaté lors de nos précédentes expériences qu’il y a eu certains retards et certaines négligences. Nous avons affirmé que n’accepterons plus la répétition d’une telle chose, que nous n’avons plus de tolérance à cela, et la nécessité de faire les choses nécessaires suivant un programme. »

Akar a également été interrogé concernant l’établissement d’un accord au sujet de la profondeur de la zone sécurisée.

Il a précisé qu’ils avaient exprimé à chaque occasion, la nécessité d’une profondeur de 30 à 40 kilomètres dans cette zone.

« Le président de la République turque Recep Tayyip Erdogan a communiqué le sujet à son homologue américain Donald Trump », a rappelé Akar.

« Nous pensons qu’une série de nouvelles démarches seront entreprises à ce sujet dans les prochains jours. Ici, le contrôle et la coordination de l’espace aérien sont très importants. Nous avons pas mal avancé à ce sujet. Nous disons cela car nous souhaitons avancer et agir avec notre allié américain conformément à l’esprit d’allié et de partenaire stratégique après la formation du centre d’opérations conjointes », a-t-il souligné.

 

Interrogé concernant la livraison des S-400 de la Russie, Akar a rappelé que la livraison de la première batterie destinée à la première flotte avait été achevée.

« La seconde batterie devrait être livrée dans les mois d’août et septembre », a-til dit.

« Avec d’un côté la planification et d’un autre côté les formations, nous avons planifié jusqu’en avril 2020 ce que l’on appelle la première compétence d’opération ainsi que ce que l’on appelle la compétence totale d’opération. Nous allons effectuer cela. Nous avançons étape par étape », a-t-il poursuivi.

Précisant que les activités relatives aux choix du lieu de positionnent et à l’installation se poursuivent, Akar a fait savoir que les entretiens continuent avec les États-Unis au sujet des Patriot.

 

Akar a également été interrogé sur la tension énergétique qui hausse de plus en plus en Méditerranée orientale et sur la façon dont cela sera surmontée.

« Nous affirmons qu’aucune décision dans laquelle la Turquie et la République turque de Chypre du nord ne figurent pas, n’a de chance de survie. Il faut que tout le monde sache que nous n’autoriserons aucun fait accompli. Les initiatives qui seront lancées en vue de constituer de nouvelles formations en usurpant nos droits, n’ont aucune chance. Notre président de la République et nous l’affirmons régulièrement depuis le départ et continuerons à le dire. Tout le monde doit savoir que la République de Turquie et nos forces armées turques sont toujours prêtes à entreprendre toutes les démarches nécessaires à ce sujet », a-t-il martelé.

Akar a conclu en soulignant l’importance de résoudre les problèmes conformément au droit international et aux relations de bon voisinage.

TRT FR

Partager cet article? http://turquie2023.com/oqDWbb
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire