Rwanda : des communautés s’engagent dans la sauvegarde de la faune

0

 

Les communautés vivant à proximité des parcs nationaux du Rwanda jouent un rôle crucial dans les efforts de sauvegarde et de protection de la faune sauvage du pays, a déclaré un fonctionnaire du Conseil du développement du Rwanda (RDB), peu avant la cérémonie annuelle Kwita Izina, qui consiste à donner un nom aux bébés gorilles nouveau-nés et qui se déroulera courant cette semaine.

Depuis 2005, le gouvernement rwandais a adopté une politique selon laquelle 10% des revenus du parc sont reversés à ces communautés pour soutenir des projets communautaires permettant de rallier les communautés en faveur de la sauvegarde et de la protection de la faune sauvage.

Selon le RDB, au cours des 14 dernières années, plus de 5,2 milliards de francs rwandais (environ 5,2 millions d’euros) de recettes touristiques ont été utilisés afin de financer 647 de ces projets.

Lesdits projets ont contribué à fournir de l’eau potable, des centres de santé, des salles de classe et des logements aux communautés vivant à proximité du parc national d’Akagera dans l’est du Rwanda, du Parc national de Nyungwe dans l’ouest et du Parc national des Volcans dans le nord.

« Les gens soutiennent la sauvegarde comme leurs entreprises personnelles, parce que nous avons réalisé que nous en récolterons les bénéfices. Il y a quelque temps, tout le monde s’en moquait », a déclaré Abudul Karim Munyantore, un habitant du district de Nyabihu près du Parc national des Volcans, à l’Agence Anadolu (AA).

Cette implication de la communauté a eu un grand effet sur la sauvegarde à un tel point que même d’anciens braconniers sont devenus des protecteurs dévoués de la faune, a partagé Munyantore.

Par exemple, grâce à ces efforts de préservation, la population de gorilles de montagne en danger dans le massif des Virunga est passée de 480 en 2010 à 604 en 2016, selon un rapport récent du RDB.

Le massif des Virunga comprend le secteur Mikeno au sud du Parc national des Virunga dans la République démocratique du Congo voisine, le Parc national des Volcans au Rwanda et le Parc national des Gorilles de Mgahinga en Ouganda.

Le nombre de gorilles de montagne dans toute la région avait chuté à seulement 242 en 1981, selon les rapports du RDB.

Mais la sauvegarde et la protection des gorilles est maintenant l’épine dorsale de la stratégie d’écotourisme du Rwanda.

« Le nombre croissant de gorilles de montagne dans le Parc national des Volcans est la preuve des progrès réalisés pour la préservation de l’espèce. Cela n’aurait pas été possible sans le soutien et la collaboration de nos partenaires au service de la protection des animaux ainsi que la coopération des membres de la communauté qui entoure le parc », a déclaré Belise Kariza, directrice du tourisme du RDB.

Jonah Ngirinshuti, un écologiste, rejoint Kariza sur la nécessité d’impliquer la communauté pour assurer une sauvegarde durable de la faune .

Le financement de projets ayant un impact grâce aux recettes du tourisme, par exemple, incite les résidents à proximité des parcs à soutenir les initiatives de protection et à éviter le braconnage, qui constitue l’une des plus grandes menaces pour la préservation de la faune, a-t-il expliqué.

– Cérémonie de baptême des gorilles

Dans le cadre du programme de partage des revenus touristiques, le RDB a récemment fait don de 729 vaches aux communautés environnantes du Parc National des Volcans dans les districts de Burera, Nyabihu, Musanze et Rubavu, et ce, à l’occasion des activités liées à la cérémonie de baptême des gorilles prévue le 6 septembre.

De tels projets, réalisés dans le cadre du programme de partage des revenus touristiques, sont essentiels pour améliorer la vie des communautés vivant à proximité des parcs, a déclaré Munyantore.

Le programme de partage des revenus a été lancé par le gouvernement rwandais pour orienter les investissements dans les zones limitrophes des parcs nationaux du pays.

Cette année, la cérémonie de baptême des gorilles aura lieu à Kinigi, au pied du Parc national des Volcans dans le nord du Rwanda, sous le thème « Conservation is Life » (« La sauvegarde c’est la vie »).

Un total de 25 gorilles de montagne en bas âge se verront attribuer un nom, cette année, selon le RDB.

Kwita Izina est unique au Rwanda. La cérémonie a été introduite en 2005 afin de sensibiliser aux efforts de préservation des gorilles de montagne, une espèce en danger, menacée d’extinction.

Un certain nombre d’activités sont prévues à l’occasion de cette cérémonie annuelle de baptême.

Elles comprennent une exposition sur les tendances et les pratiques en matière de préservation et la toute première rencontre intitulée : « Business of Conservation Conference ».

La conférence réunira les leaders mondiaux de la sauvegarde, offrant une plateforme unique reliant la préservation au tourisme durable, selon les responsables du RDB.

Des initiatives telles que la cérémonie de baptême des gorilles jouent un rôle majeur dans la sauvegarde des gorilles, a déclaré Kariza.

Elle a déclaré que grâce aux efforts de préservation, le Rwanda a été en mesure d’améliorer l’expérience de trekking avec des gorilles, une activité touristique tendance qui permet d’observer les plus grands primates au monde dans leur habitat naturel et d’augmenter le montant du soutien apporté aux communautés locales par le biais du programme de partage des revenus.

« La stratégie touristique du Rwanda s’est toujours concentrée sur deux domaines importants : la durabilité par le biais d’un tourisme responsable et la sauvegarde et l’implication communautaire », a-t-elle précisé.

« Il a toujours été question de protéger notre patrimoine naturel, d’offrir des expériences de portée mondiale qui mettent en valeur la beauté naturelle diversifiée du Rwanda tout en s’assurant que les Rwandais bénéficient de ce tourisme et de cette protection. Personne n’a été oublié ».

Cette année, en utilisant les revenus du parc en 2018, le RDB a déclaré avoir alloué 1,4 milliard de francs rwandais (environ 1,4 million d’euros) au programme de partage des revenus, contre 741 millions de francs rwandais (environ 735 mille euros) en 2017.

En 2018, le Rwanda a accueilli 1,711 million de visiteurs, marquant une hausse des arrivées de 8%, par rapport à 2017, selon les chiffres du RDB.

Les revenus globaux du parc en 2018 ont atteint plus de 21,1 millions de dollars, les permis vendus aux touristes pour suivre les gorilles rapportant 19,2 millions de dollars, selon les chiffres.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA

TRT FR

Partager cet article? http://turquie2023.com/YxAKvy
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire