Tunisie : le candidat à la Présidentielle, Kaïs Saïed, ne participera pas à sa propre campagne

0

 

Le candidat indépendant au deuxième tour de la Présidentielle en Tunisie, Kais Saied, a annoncé, samedi, qu’il ne prendra pas part, personnellement, à sa propre campagne électorale pour des « motifs moraux ».

Saied a, ainsi, indiqué dans un communiqué que cette décision intervient pour garantir le principe de l’égalité des chances qui doit englober les moyens et les ressources dont les candidats disposent à la Présidentielle.

Saied a, également, insisté sur la nécessité d’éviter toute tentative désespérée de compromettre le processus électoral en appelant le peuple tunisien à être au rendez-vous avec l’Histoire et à participer à sa propre autodétermination en prenant la voie des urnes.

L’incarcération du second candidat au deuxième tour de la Présidentielle, Nabil Karoui, a suscité un débat en Tunisie. Une incarcération qui constitue, pour certains, une atteinte au principe de l’égalité des chances que la loi électorale garanti à tous les candidats.

Le président de la République par intérim, Mohamed Naceur, a déclaré, vendredi, que cette situation aura de graves conséquences sur le bon déroulement du processus électoral et démocratique. Il a, ainsi, appelé à la mise en place d’une solution adéquate et honorable à cette situation qui déstabilise la crédibilité des élections.

Naceur a assuré qu’en tant que représentant de l’Etat, il poursuivra le suivi du dossier de Karoui en raison de l’impact de cette affaire sur la réputation et l’avenir de la Tunisie.

Le parquet tunisien a ordonné, vendredi, l’ouverture d’une enquête concernant les récentes informations se rapportant à un éventuel lien entre Karoui et une entreprise de relations publiques dirigée par un ancien officier du Renseignement israélien. L’objectif aurait été de s’assurer dans la course à la Présidentielle, via cette entreprise, de l’appui du président américain Donald Trump et de celui de son homologue russe, Vladimir Poutine.

Nabil Karoui (56 ans), président du parti politique tunisien « Au cœur de la Tunisie », est parvenu à atteindre le deuxième tour de l’élection présidentielle en Tunisie en dépit des accusations de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale dont il fait l’objet.

Il a été arrêté le 23 août 2019, à la suite d’un mandat de dépôt de la Cour d’appel de Tunis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA

TRT FR

Partager cet article? http://turquie2023.com/CQOWoM
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire