Erdogan: « Aucun autre pays n’adopte de position plus ferme que celle de la Turquie, contre Daech »

0

 

« Aucun autre pays n’adopte de position plus ferme que celle de la Turquie, contre Daech », a déclaré le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan.

Le chef de l’État est en visite en Hongrie, où il a participé à la réunion du Conseil de Haute coopération stratégique, jeudi à Budapest.

Après la réunion, le Président Erdogan et le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, ont animé un point de presse conjoint.

« Aucun autre pays n’adopte de position plus ferme que celle de la Turquie, contre Daech, a affirmé le Président. Nous avons neutralisé 3 000 éléments de Daech à al-Bab. Nous détenons actuellement plus de 1 150 membres de Daech dans nos prisons. Nous détenons également la sœur et l’épouse d’al-Baghdadi, ainsi que treize autres de ses proches. »

Erdogan a précisé que les autorités turques avaient interdit d’entrer en Turquie 76 mille personnes, originaires de 151 pays, dont des membres de Daech et d’autres organisations terroristes.

« Mais le contact et la solidarité entre des dirigeants terroristes et certains de nos alliés, nous attristent, a-t-il martelé. Mazloum Kobani n’est pas plus différent d’al-Baghdadi. Tous deux sont terroristes. »

Le Président a en outre fait remarquer que son pays accueille quatre millions de réfugiés, dont un grand nombre peut immigrer en Europe.

« Nous voulons, avec la zone sécurisée, leur permettre de retourner dans leur pays », a-t-il insisté.

Concernant les relations avec l’Union européenne (UE), Erdogan a dit que « la position adoptée récemment par celle-ci envers la Turquie, est loin d’être constructive ».

« Les problèmes bilatéraux entre certains pays membres, ne doivent pas affecter les relations Turquie-UE, a-t-il noté. Il faut bien comprendre l’apport que pourrait avoir l’adhésion totale de la Turquie à l’UE. »

Quant à la visite qu’il effectuera aux États-Unis le 13 novembre, Erdogan a précisé qu’il discutera, avec ses interlocuteurs, « des relations turco-américaines, des questions régionales, des systèmes S-400, des systèmes Patriot et des F-35 ».

« Nous avons acheté les systèmes russes S-400, cela est fini, a-t-il conclu. Mais si les États-Unis vont nous donner des Patriot, nous pourrons acheter si les conditions sont convenables. Nous leurs avons proposé cela. »

 

AA

TRT FR

Partager cet article? http://turquie2023.com/UijrqE
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire