Les Casques Blancs, premiers témoins des massacres en Syrie

0

Raed Salah, le directeur des Casques blancs, la Défense civile syrienne, a déclaré que son organisation a fait l’objet de fausses accusations en raison de son rôle de témoin des massacres en cours en Syrie, déchirée par la guerre.

Dans une interview exclusive accordée à l’Agence Anadolu, Raed Salah a déclaré que les Casques blancs se félicitent du soutien financier apporté par tout pays ou toute organisation, à condition que ces fonds ne soient pas accordés à des fins politiques.

« Fin 2012, certaines régions syriennes ont commencé à échapper au contrôle du régime. Lorsque les forces du régime ont commencé à bombarder les zones où vivent des civils, il a été nécessaire de créer un groupe afin de les sauver de ces attaques », a-t-il déclaré.

Selon Salah, l’agence de défense civile tire son nom de la couleur des casques portés par ses membres lors des opérations de sauvetage.

Les Casques blancs avaient déjà mobilisé 4 mille 300 volontaires vers la fin de 2017, a-t-il ajouté, précisant qu’ils ne peuvent cependant opérer que dans certaines zones où ils sont autorisés.

« Vu que le régime nous considère comme un groupe terroriste, nous ne pouvons pas opérer dans les zones sous son contrôle. Nous avons été menacés à plusieurs reprises [par le régime] », a-t-il souligné.

Et de poursuivre : « En outre, nous ne pouvons pas opérer dans les zones contrôlées par les YPG / PKK. Des volontaires Casques blancs ont été arrêtés par les YPG/PKK en 2015 ».

«Ils ont saisi nos ambulances et notre équipement de sauvetage à Afrin», a-t-il déclaré. « Pour les mêmes raisons, nous ne pouvons pas opérer dans les zones sous l’emprise de Daech. »

La défense civile ne peut opérer que dans les régions contrôlées par l’opposition dans le nord de la Syrie, ainsi que dans les zones du Bouclier de l’Euphrate.

« Outre les opérations de sauvetage, les Casques blancs interviennent également pour éteindre les incendies, résoudre les problèmes d’eau et d’électricité et aider au déblaiement des décombres », a-t-il déclaré.

Fondés en 2013, les Casques blancs ont été nominés, trois plus tard, pour le prix Nobel de la paix 2016.

Les membres de l’agence de Défense civile ont été formés en 2013 par l’Association turque de recherche et de sauvetage (AKUT).

-Financière

Salah a déclaré que les Casques blancs acceptaient le soutien financier de n’importe quel pays ou organisation à la condition que les fonds ne soient pas accordés à des fins politiques.

« Nous saluons l’aide et le soutien de tous ceux qui veulent soutenir le peuple syrien », a-t-il déclaré. « Nous n’avons aucune objection. Notre seule condition est qu’aucun agenda politique ou militaire ne nous soit imposé ».

Salah a indiqué que son organisation est soutenue par des pays tels que le Qatar, le Royaume-Uni, les États-Unis, les Pays-Bas, le Danemark et l’Allemagne.

« Nous allons signer un accord avec la France », a-t-il déclaré. « Nous bénéficions également du soutien du Croissant-Rouge turc et de la Fondation turque d’aide humanitaire pour les Droits Humains et les Libertés (IHH) « , a souligné Salah.

Le chef des Casques blancs a déclaré que l’agence de défense civile n’a jamais reçu d’appui financier de la part d’Israël.

« Nous n’accepterons jamais le soutien financier d’Israël, car nous le considérons comme un Etat d’occupation », a-t-il déclaré, niant que des volontaires du groupe aient été évacués de l’ouest de la Syrie par Israël dans le cadre d’une opération militaire des forces du régime.

«Nos volontaires n’ont pas été évacués via Israël. Les volontaires se sont rendus sur les hauteurs du Golan occupé avant de se diriger vers la Jordanie. De là, ils se sont rendus dans d’autres pays », a-t-il déclaré.

-Fausses allégations

Salah a rejeté les allégations selon lesquelles les Casques blancs mènent des attaques chimiques en Syrie et a accusé le régime syrien d’être l’auteur de ces opérations.

« La partie qui mène des attaques chimiques et au chlore gazeux en Syrie est évidente », a-t-il déclaré.

«Qui a les barils de chlore gazeux? Le régime. Qui utilise le gaz Sarin? Le régime. Il est le seul à en avoir. Le régime est la seule partie capable de l’utiliser et de mener de telles attaques. »

Salah a déclaré que de telles accusations avaient été portées contre son groupe, car les Casques blancs sont le premier témoin des massacres et des violations des droits de l’homme perpétrés dans ce pays déchiré par la guerre.

« La Russie fait de son mieux pour blanchir le régime », a-t-il affirmé.

-Réalisations

Salah a déclaré que ses volontaires ont été pris à plusieurs reprises pour cible par les forces du régime alors qu’ils sauvaient des civils.

« Le régime et l’aviation russe nous ont pris pour cible à maintes reprises », a-t-il relevé.

Il a ajouté que certains centres des Casques blancs ont été bombardés à plusieurs reprises par les forces du régime et leurs alliés.

« Au total, 255 volontaires ont été tués jusqu’à présent », a-t-il noté.

 

Salah a déclaré qu’un sondage mené l’année dernière avait révélé que 85% des personnes interrogées déclaraient qu’elles demanderaient l’aide des Casques blancs en cas de nécessité.

« C’est un grand succès pour nous », a-t-il déclaré. « Cependant, notre plus grande réussite, c’est d’avoir sauvé la vie de 115 mille civils ».

« Nous avons également semé les graines de l’espoir dans les cœurs et les esprits d’une nation sur le point de sombrer dans le désespoir », a conclu le chef des Casques Blancs.

La Syrie est plongée dans une guerre civile dévastatrice depuis mars 2011, lorsque le régime de Bachar al-Assad a déclenché la répression des manifestations en faveur de la démocratie avec une férocité inattendue.

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/uotIQ6
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire