Kut-el-Amara, le centenaire de la victoire ottomane célébré hier à Istanbul

Un programme commémoratif somptueux a été organisé hier à Istanbul pour la victoire de Kut-el-Amara qui est l’une des principales batailles entre les forces ottomanes et les britanniques ainsi que leurs alliés.

Le programme organisé sous les auspices de la présidence par le ministère de la Culture et du tourisme a fortement été apprécié par les participants.

Le président Recep Tayyip Erdogan, le président du Parlement Ismail Kahraman, le Premier ministre Ahmet Davutoglu, le vice-premier ministre Numan Kurtulmus, le chef de l’état-major Hulusi Akar, certains ministres, plusieurs députés, les responsables militaires, des leaders de tribus venus d’Irak et de nombreux invités étaient présents au programme.

Le « Spectacle dramatique du documentaire de Kut-el-Amara » pour lequel il y avait 38 janissaires et 72 acteurs sur scène, a beaucoup été apprécié.

Le spectacle parlait de l’héroïsme dans le village Kut-el-Amara. La réponse du sultan ottoman Abdulhamid II au commandant britannique qui lui proposait du pot-de-vin pour la libération des soldats britanniques pris en otage a longtemps été applaudie.

« Je n’ai pas le moindre territoire à donner. Ce territoire n’est pas le mien, il appartient à mon peuple » disait Abdulhamit II, représenté sur scène.

A la suite du spectacle dramatique, le président M. Erdogan, le gouverneur de Kut Malek Halef et le ministre de la Culture et du Tourisme Mahir Unal sont montés sur scènes avec les acteurs.

L’étendard de la 6e armée qui a remporté la victoire, a été remise au chef d’Etat turc Recep Tayyip Erdogan. Le président turc a embrassé l’étendard et remercié les acteurs en disant « c’était un très bon spectacle ».

Le gouverneur de Kut, M. Halef a ensuite fait une brève évaluation sur Kut-el-Amara et remis au président Erdogan de la terre de Kut lavée avec du sang de martyr.

Voici un extrait du discours du président M. Erdogan :

« Quand on parle des communautés turcophones qui comptent plus de 200 millions de personnes dans le monde, c’est à notre nation qu’on pense tout de suite. Il faut très bien voir, évaluer et comprendre le dévouement et la grande lutte qui sont cachées derrière cette grande perception que représente notre nation. La Première Guerre mondiale et la Guerre d’Indépendance sur tous les fronts est un redressement. Que disent les livres d’histoire pour notre peuple ? Le peuple-militaire ou le peuple-armée. Car nous faisons partie d’une nation qui combat quand il faut, avec tous ses membres, pour sa croyance, sa patrie, son drapeau et son Etat. Notre armée n’est pas seulement constituée de militaire en fonction. Nous avons aussi une armée mobile qui est la nation elle-même ».

Dans son message à l’occasion du centenaire de la victoire de Kut-el-Amara, M. Erdogan indique que la nation turque combat quand il le faut pour sa croyance, sa patrie, son drapeau et son Etat et qu’elle a déjà signé plusieurs épopées d’héroïsme de Malazgirt jusqu’à Canakkale.

Le Premier ministre Ahmet Davutoglu a annoncé pour sa part que la victoire de Kut-el-Amara est l’une des révoltes les plus essentielles contre ceux qui se sont attaqués à l’existence du peuple turc.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/Jgs1jd