L’économie turque émergente (14)

0

Les mouvements migratoires proviennent des différences économiques entre les pays, de la guerre et aussi des catastrophes naturelles. Ces mouvements et afflux de migrants ont été enregistrés dans plusieurs périodes de l’histoire. La migration de main d’œuvre signifie le départ dans un autre pays des ouvriers qui ne parviennent pas à trouver du travail chez eux ou de ceux qui veulent être mieux payés à l’étranger. La migration contrôlée concerne les pays développés à la recherche de la main d’œuvre « pas chère » en raison de la hausse des salaires et des charges sociales de leurs propres ouvriers. Certains pays développés autorisent la migration « contrôlée » destinée aux citoyens des pays en voie de développement dans le but de pouvoir lutter contre la hausse des salaires des ouvriers qualifiés. Ainsi ils essayent d’assurer une croissance économique durable. Les développements politiques, guerres et catastrophes naturelles sont également à l’origine des mouvements migratoires. Les Turcs d’Allemagne, qui ont quitté la Turquie surtout dans les années 70 et 80, sont les immigrés qui ont longtemps contribué et qui contribuent encore aux économies allemande et turque.

Les citoyens turcs qui travaillent en tant qu’ouvriers en Allemagne ont fait beaucoup d’investissements en mobiliers et immobiliers en Turquie avec leurs épargnes. Ainsi, ils ont joué un important rôle dans le développement de l’économie du pays et dans la hausse des investissements et de l’emploi. Le flux de réfugiés représente les citoyens qui quittent provisoirement ou de façon permanente leur pays en cas de faits politiques, de guerre ou de catastrophe naturelle. La guerre civile qui a éclaté en 2011 en Syrie a fortement influencé la Turquie qui possède une frontière commune de 900km avec la Syrie. Près de 3 millions de citoyens syriens qui ont quitté leur pays en raison des violences croissantes, tentent de poursuivre leur vie dans les camps ou les autres lieux en Turquie. Fin 2015, la Turquie avait d’ores-et-déjà dépensé près de 10,5 milliards de dollars pour les besoins en santé, enseignement, alimentation, vêtements et hébergement des Syriens. Bien que les citoyens syriens aient le statut de réfugiés, leurs impacts sur l’économie turque en développement ont été les mêmes que ceux sur les pays développés. Du point de vue de la vie sociale, le besoin en hébergement et en emploi des réfugiés syriens, a eu divers effets sur l’économie. Apportant une main d’œuvre moins chère, les réfugiés rendent de ce fait plus difficile l’embauche des citoyens turcs. Par ailleurs, la demande en logement ainsi que le prix des loyers en Turquie se sont accrus en raison du besoin en hébergement des réfugiés. Le flux de réfugiés a alourdi la charge sur l’économie à cause des dépenses réalisées pour les réfugiés et leurs effets sur les marchés.

Par conséquent, les politiques d’accueil de migrants ont des contributions économiques pour les pays avancés. Dans les pays émergents comme la Turquie, les mouvements migratoires et flux d’immigrants ont des impacts contraires. La Turquie a accueilli environ 3 millions de migrants syriens depuis le début de la guerre en 2011, jusqu’à fin 2015 et elle a consacré un fonds de 10,5 milliards de dollars pour ces réfugiés. Sur le plan humanitaire, elle a fait toutes les dépenses pour répondre à tous leur besoin. Malgré cela, les flux migratoires poussent la Turquie à consacrer des fonds et perturbent la situation sur l’emploi. Sur le plan international, la Turquie doit être appuyée tant financièrement que spirituellement. Les pays avancés et ceux en voie de développement doivent transférer des fonds pour ne pas que cet événement humanitaire ne nuise à l’économie et au peuple turcs. En consacrant ses ressources aux investissements, la Turquie pourra faire progresser son économie et deviendra économiquement puissante afin de pouvoir poursuivre ses aides aux migrants dans l’avenir.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/MAiAE3
Share.

About Author