La nouvelle vision de la Turquie (20)

0

De nos jours l’emploi est un des plus grands problèmes que rencontre le monde moderne. Le chômage existe presque dans tous les pays. Il signifie une question sociale dans les pays sous-développés, en voie de développement et développés. Le taux de chômage est de 5% dans les pays développés, 10% dans les pays en voie de développement et entre 10 et 30% dans les pays sous-développés. Bien que la Turquie ait une importante démographie et des moyens très limités, son taux de chômage est bas. La Turquie figure parmi les pays “rares” qui parviennent à lutter contre le chômage grâce à ses propres méthodes et techniques. Nous pouvons parler de deux projets macros pour apporter une solution au chômage. Le premier concerne les efforts des autorités locales prévoyant de former des personnes qualifiées et le second est basé sur le soutien social à l’emploi, donné par l’Agence nationale pour l’emploi. Nous pouvons y inclure également les soutiens destinés aux producteurs dans les régions où sont encouragés les investissements. Dans ce contexte, nous pouvons dire que le chômage, un problème global, est à un niveau gérable en Turquie.

Les mairies, notamment les municipalités d’Istanbul et d’Ankara, qui proposent des cours d’acquisition des compétences, mènent ainsi une action importante en vue d’obtenir une main d’œuvre qualifiée, dont les secteurs économiques ont besoin.

Des programmes de formation sont organisés dans divers domaines afin d’acquérir des compétences aux participants et accroître leurs chances de trouver un emploi.

En effet, il est essentiel d’avoir une compétence. On y attribue beaucoup d’importance en Anatolie. Or, il existe une histoire très courante en Anatolie qui attache de l’importance à ce sujet.

Selon la rumeur, le fils du roi tombe amoureux de la fille d’un homme ordinaire. Il veut se marier avec elle mais son père, le roi, s’y oppose. Il veut que son fils trouve une fille qui lui convienne, néanmoins son fils insiste et lui dit qu’il ne renoncera pas. Le roi se rend compte que son fils n’abandonnera pas cet amour et parle de la situation à son vizir.

Le vizir lui propose de demander la main de cette fille, vu que le prince insiste. Ils décident finalement d’aller demander la main de la jeune fille. La nouvelle est envoyée chez la fille pour annoncer que le roi et la cour arriveront dans la soirée.

L’homme se met à faire des préparatifs. Le roi arrive. L’homme tente d’accueillir du mieux possible le roi dans sa maison modeste, il a peur mais il est aussi curieux. Pourquoi le grand roi est-il arrivé ???

Finalement, le vizir prend la parole. « Nous sommes arrivés pour demander la main de votre fille ». Le père de la fille dit être très honoré mais demande si le jeune homme a une profession ou une compétence.

Le roi se met alors en colère qu’une chose aussi ordinaire puisse être demandée à l’héritier du trône d’un immense pays.

Le roi lui dit qu’il cherche des excuses et veut partir, l’homme dit alors d’une voix tremblante et faible.

« Si vous le voulez, vous pourrez prendre de force ma fille mais si vous voulez avoir mon consentement, je ne voudrais pas que ma fille se marie avec un homme qui n’ait pas de compétences ni de qualité. »

La soirée s’achève amèrement.

Le roi raconte ce qu’il s’est passé à son fils mais il insiste toujours.

Finalement, le roi et son équipe décident de faire acquérir une compétence à son fils le plus rapidement possible et apprend à tisser des tapis.

Ils obtiennent le consentement et le mariage a lieu. Quelques temps plus tard, le roi meurt et son fils accède au trône. Puis un jour, les bandits mènent un assaut au palais. Ils pillent tout sur leur passage et enlèvent le roi.

Il est retenu en otage. Chaque jour, les bandits s’emparent d’un de ses trésors cachés. Lorsque toute sa richesse est épuisée, ils décident de le tuer. Le roi leur dit alors qu’il tisse de très beaux tapis qui pourraient rapporter au moins autant qu’un trésor.

Les bandits acceptent, lui préparent un établi et lui demandent de tisser un tapis.

Au marché, le roi trouve acheteur aux tapis qu’il a tissé, au prix le plus élevé.

Les bandits se réjouissent et demandent au roi retenu en otage de tisser des tapis nuit et jour.

Chaque tapis est vendu à un prix plus élevé que le précédent.

Un jour, le roi tisse secrètement dans un tapis le code de l’endroit où il se trouve, qui le retient en otage et combien de personnes ils sont.

Les hommes du roi résolvent le code et découvrent où le roi est retenu en captivité.

Ils font immédiatement leurs préparatifs et partent sauver le roi.

Le roi regagne sa place au trône.

Une simple compétence a permis au roi de sauver son règne.

C’est avec cette logique que plusieurs administrations locales en Anatolie proposent des formations pour acquérir une compétence aux individus.

Ce genre de dynamiques culturelles invisibles dans les données macroéconomiques mais d’une forte influence, équilibre le taux de chômage en Turquie et renforce l’économie.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/ORimht
Share.

About Author