Les actions humanitaires de la Turquie (20)

0

Le Sommet humanitaire mondial va se réunir pour la première fois, et ce, à Istanbul. Le conseiller de presse du Croissant rouge turc, Selahattin Bostan, nous fait part de la montée de la Turquie dans le classement des aides humanitaires ainsi que sa perception de ces aides.

La Turquie s’apprête à accueillir un sommet très important les 23 et 24 mai, le Sommet humanitaire mondial qui se tient pour la première fois. Ce sommet est réalisé en raison des souffrances vécues dans le monde, car effectivement le monde vit une période où les souffrances humaines ont réellement augmenté depuis la Seconde Guerre mondiale en raison des catastrophes naturelles, des conflits armés et des guerres. Chaque année, 60 millions de personnes sont contraints de quitter leur domicile ou leur pays en raison des conflits et guerres. Ils doivent maintenant frapper à la porte d’autres pays en tant que réfugiés. Parfois, ils perdent leur vie en tentant de rejoindre ces pays par des voies clandestines. La Méditerranée et la mer Égée sont qualifiées dorénavant du « plus grand cimetière du monde ». Par ailleurs, chaque année près de 218 millions de personnes sont affectés par les catastrophes naturelles et ont besoin d’aide humanitaire à divers niveaux. Le coût mondial des catastrophes vécues dépasse les 300 milliards de dollars. C’est à cette période qu’aura lieu le Sommet humanitaire mondial, organisé à l’initiative du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon,  et réunissant ceux dans le besoin et ceux qui les aident. Comment le monde sera plus vivable ? Comment le système d’aide humanitaire pourra devenir plus efficace face au nombre croissant des personnes dans le besoin ? Telles sont les questions auxquelles le sommet cherchera à répondre. Nul doute, ces interrogations s’imposent.  Les succès et les défaites du système actuel d’aide humanitaire à l’échelle mondiale, seront discutés par les parties. De nouvelles propositions seront présentées pour l’avenir. Certaines se transformeront en feuille de route pour les prochaines années.

Lors du sommet, la Turquie aura la possibilité d’expliquer sa politique d’aide humanitaire. Elle n’a retrouvé sa coutume d’aide humanitaire qui figure pourtant dans son histoire et sa culture, qu’après les années 1980. Les aides humanitaires internationales de la Turquie ont commencé avec des aides en denrées pour certains pays et ont augmenté en parallèle au développement économique et à la stabilité politique. Les aides humanitaires turques qui ont noté un essor ces dernières années, se sont propagées presque partout dans le monde. Elles se sont également diversifiées ces dernières années et ont vécu une grande transformation aussi bien du point de vue de sa quantité que de sa qualité. Outre les aides directes effectuées aux pays en difficulté où qu’ils soient, la Turquie a augmenté sa coopération avec les organisations au sein de l’ONU. Elle est devenue un partenaire important du Bureau de coordination des affaires humanitaires et du Programme alimentaire mondial. Elle a commencé à mettre en vigueur des projets communs avec les organisations onusiennes comme l’UNICEF. En plus de ces coopérations, la Turquie accorde dorénavant plus d’importance à établir des rapports. C’est grâce à cela qu’elle se classe toujours plus haut dans la « ligue mondiale des aides humanitaires ».

Même ces quelques dernières années seront suffisantes pour montrer le chemin parcouru par la Turquie dans ce domaine. En 2013, les aides humanitaires officielles de la Turquie se chiffraient à 1,6 milliard de dollars. Elles ont augmenté de 47% en 2014. Les aides officielles de développement de la Turquie ont augmenté quant à elles de 8,6% par rapport à l’année dernière, et de 42% ces dernières années. Avec ces aides, la Turquie est devenue le 3e plus grand donateur du monde après les États-Unis et l’Angleterre, d’après le Rapport mondial d’aide humanitaire. Du point de vue de son revenu national, la Turquie est dorénavant le pays « le plus généreux » du monde…

Le ministère des Affaires étrangères a décidé de l’approche qu’adoptera la Turquie lors du Sommet humanitaire mondial. Ainsi, la Turquie soulignera les avantages de « l’intervention aux crises humanitaires répétitives et chroniques ainsi que les aides humanitaires focalisées sur le développement ». En d’autres termes, la Turquie réitérera la nécessité « d’apprendre à pêcher plutôt que de donner du poisson ». D’ailleurs, si les aides humanitaires effectuées pour l’Afrique étaient faites en tant qu’aides pour le développement, l’Afrique n’aurait plus été un continent attendant de l’aide.

La Turquie expliquera au monde entier que les aides humanitaires actuelles ne pansent plus les blessures. Ces 10 dernières années, le nombre de personnes dans le besoin a doublé dans le monde. Chaque année, 250 millions de personnes sont affectées par les crises économiques et sociales, en attente d’aide. Les guerres engendrent le déplacement de 60 millions de personnes chaque année. Rien qu’en 2015, les conflits en Irak ont plongé 8 millions de personnes dans le besoin. En Syrie, 4,5 millions de personnes ont trouvé refuge dans d’autres pays, tandis que 4,8 millions ont été contraints de se déplacer dans le pays-même. En résumé, la Turquie dira aux leaders mondiaux qu’elle accueillera, que « ça ne peut continuer ainsi » et que « ce feu peut également les toucher ». 

 

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/Hdj5pm
Share.

About Author