Belgique: les syndicats dans la rue mardi contre le gouvernement

0

Les syndicats belges organisent mardi une grande manifestation à Bruxelles contre la politique de l’emploi du gouvernement, au moment où l’exécutif est déjà confronté à une grève dure des gardiens de prison et à la grogne des magistrats, dans un contexte post-attentats toujours pesant.

« Quelques dizaines de milliers de personnes » devraient répondre à l’appel du « front commun » des syndicats FGTB, CSC et CGSLB et défiler de la gare du Nord à la gare du Midi à partir de la fin de la matinée.

Les organisateurs ne misent pas sur un succès comparable à la manifestation du 6 novembre 2014, lorsque 120.000 personnes s’étaient réunies pour protester contre les premières mesures du gouvernement de droite du Premier ministre Charles Michel, arrivé au pouvoir un mois plus tôt. La fin du cortège avait été émaillée d’incidents.

Mais la manifestation de mardi n’est qu’une première étape d’un programme d’actions qui ira crescendo jusqu’à l’automne: 31 mai, manifestation des services publics et grève des cheminots; 24 juin, grève nationale à l’appel de la FGTB; 29 septembre, manifestation interprofessionnelle; 7 octobre, grève générale en « front commun ».

Les responsables syndicaux fustigent une réforme du ministre de l’Emploi Kris Peeters prévoyant « l’annualisation » du temps de travail, avec la possibilité pour les employeurs d’imposer des semaines de 45 heures suivies de périodes à horaires allégés.

« L’abandon des 38 heures, le recours croissant aux intérimaires, l’absence de concertation, le sous-financement (des services publics) ou les pensions, ça fera très mal à beaucoup », a résumé dans le journal Le Soir un responsable de la branche « service public » de la FGTB, Michel Meyer.

Les partis de la coalition, en difficulté dans les sondages avec une remontée en Flandre du parti d’extrême droite Vlaams Belang, affichent en outre leurs divisions. Le chef de la Nouvelle alliance flamande (N-VA), Bart De Wever, vient de dénoncer l’incapacité du gouvernement, dont il constitue pourtant la première force, à « proposer des perspectives ».

Pour ne rien arranger, le ministre de la Justice, Koen Geens, se retrouve seul en première ligne pour régler le conflit des gardiens de prison, en grève depuis près d’un mois pour réclamer plus de personnel, sans résultat jusqu’ici.

Et les magistrats envisagent des actions en juin, alors que le premier président de la Cour de cassation, Jean de Codt, est sorti de sa réserve pour comparer la Belgique à un « Etat voyou » car elle ne soutient pas suffisamment sa justice.

Deux mois après les attentats qui ont fait 32 morts à Bruxelles et révélé des failles dans la politique de sécurité du royaume, les Belges tentent toutefois de relever la tête. Samedi, plus de 50.000 personnes ont assisté, entre joie et émotion, à un grand carnaval multiculturel réunissant les habitants des différents quartiers Bruxelles.

AFP

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/JZWUw7
Share.

About Author