Poutine débute sa visite en Grèce à une « période cruciale »

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a rencontré à Athènes, le président russe Vladimir Poutine dans le cadre d’une visite officielle de deux jours placée sous haute sécurité.

La police a déployé 2500 officiers en anticipation de la venue de Poutine, fermant toutes les rues principales menant au centre de la capitale grecque.

L’avion de Poutine a atterri à l’aéroport d’Athènes avec une heure et demie de retard, et a été escorté dès son entrée dans l’espace aérien du pays de deux avions de type F-16 de l’armée grecque en l’honneur de son arrivée.

Le président russe, qui était accompagné d’une importante délégation comprenant des ministres et des hommes d’affaires, dont le président-directeur-général de Gazprom et de Rosneft, a été accueilli par le ministre grec de la Défense Panos Kammenos.

Le président de la République hellénique, Prokopis Pavlopoulos, a reçu Poutine au Palais présidentiel.

«Votre visite en Grèce intervient à une période cruciale, non seulement pour notre région, mais également pour toute l’Europe», a déclaré Pavlopoulos.

«Une coopération étroite entre la Russie, les Etats-Unis et l’Union européenne (UE) pour mettre fin à la guerre en Syrie est exceptionnellement importante pour notre époque», a-t-il ajouté.

Poutine a, pour sa part, déclaré qu’il était temps de «de procéder à des démarches spécifiques afin de profiter des opportunités existantes pour renforcer les relations bilatérales».

Poutine a, par la suite, rencontré Tsipras au Palais Maxímou, résidence officielle du Premier ministre de la Grèce, qui a noté que «renforcer les relations avec la Russie constitue un choix stratégique qui est dicté aussi bien par les liens politiques et culturels historiquement étroits que par les diverses possibilités qui s’ouvrent à nous et les opportunités de renforcer la stabilité dans la région».

Poutine a expliqué qu’à «Moscou et à Saint-Pétersbourg, nous avons discuté de manière analytique des perspectives de coopération économique. Bien-sûr, il y a plusieurs problèmes et les circonstances sont difficiles, mais il y a sans aucun doute de bonnes perspectives».

Les deux parties ont signé des accords de coopération en lien avec une déclaration politique de dialogue russo-grec sur les questions internationales et régionales d’intérêt commun et en lien avec une déclaration de partenariat pour la modernisation, outre des accords entre les ministère de la Science, de la Technologie, du Tourisme, de la Météorologie et de l’Agriculture.

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/1Dp3nU