La nouvelle vision de la Turquie (22)

La sociologie est également appelée “la science du changement”, car les dynamiques du changement social sont différentes pour chaque société. Ce changement est vécu différemment selon l’ère et la période… Toutefois ce changement se poursuit dans chaque société. D’autre part, les sociologues ont différents points de vue concernant les dynamiques du changement. Cependant nous observons tous ensemble ce qui change et comment cela change.

La famille est aussi influencée par les changements de nos jours. Le changement qui a lieu dans la structure et le fonctionnement de la famille comprend également d’autres éléments et a un effet considérable.

Par exemple; le changement survenu dans la structure et le fonctionnement de la famille cause en premier lieu une augmentation dans le besoin de logements et donne naissance à une différence dans la structure de logement elle-même.

L’homme a toujours voulu avoir un espace pour pouvoir répondre à ses besoins. Je crois que de nos jours, les gens désirent avoir un logement là où ils vivent et doivent prévoir un important budget pour cette acquisition.

Comparé à celui dans beaucoup d’autres pays, le désir d’avoir un logement est plus remarquable en Turquie. Dans ce contexte, le logement a plusieurs sens.

Il y a un dicton très souvent employé en Anatolie ; l’espace dans ce monde,c’est comme la foi dans l’au-delà.

C’est-à-dire que posséder un espace dans ce monde est un bonheur aussi grand qu’accéder au paradis dans l’au-delà.

Sous l’impulsion de cette demande, la Turquie a connu et continue de connaitre une urbanisation rapide. Cette demande de logement provoque en même temps un stock d’immeuble souvent insécurisé contre les tremblements de terre et risques semblables.

Donc les politiques d’urbanisation doivent forcément se modeler dans ce contexte. L’objectif doit être de répondre aux besoins de logements des gens et de détruire ou renforcer le stock de logement risqué.

Il y a une agence publique constituée afin de résoudre raisonnablement les demandes de logements des gens : l’Agence de Logements Collectifs.

TOKI est un établissement qui réalise des travaux sur ces deux sujets. L’un étant de donner des solutions raisonnables aux problèmes des citoyens souhaitant devenir propriétaire d’un logement et l’autre de transformer les habitats qui présentent des risques.

Avant le gouvernement de l’AK Parti, les citoyens courraient le risque de travailler toute une vie pour devenir propriétaire d’une maison, et ils le faisaient. Les loyers équivalaient à la moitié du salaire d’un fonctionnaire à revenu modéré.

Le loyer représentait la grande partie du budget familial. La grande majorité des personnes travaillaient pour autant dire pour les propriétaires de maison.

Cela n’était vraiment pas une situation gérable.

L’AK Parti a brisé ce cercle avec TOKI.

Des habitats solides et à des prix abordables ont été construits avec des géants projets. Ces projets ont répondu en grande partie aux besoins de logements des citoyens. Désormais, les citoyens ont de plus grandes attentes de TOKI.

A présent il est nécessaire de bâtir des constructions originales et conformes à nos jours, ainsi que de développer des politiques de logement conformes aux valeurs communautaires et aux concepts de la civilisation.

Je souhaite souligner, en conclusion, que chaque civilisation, chaque croyance et chaque région culturelle ont une architecture et un plan urbain qui leur sont propres.

Les débats portent sur la planification conforme à la croyance, à la culture et à la civilisation turques.

Je suis en même temps un expert qui s’intéresse de près et au niveau académique, à la sociologie urbaine et à la planification urbaine et architecturale.

Je dois reconnaître que j’admire les villes européennes construites dans des formes géométriques idéales au 15ème et 16ème siècles, mais je les envie en même temps. Nous pouvons, nous aussi, créer nos propres villes. Nous devons nous demander comment devrait être une ville musulmane et trouver la réponse dans cette ville.

(Analyse du Prof. Dr. Mazhar Baglı, membre du corps académique du département de la Sociologie à l’université Karatay de Konya)

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/ZQStEz