Le vice-PM turc: L’accord de réadmission avec l’UE n’est pas suspendu

L’accord de réadmission avec l’Union européenne (UE) n’est pas suspendu, a déclaré, lundi, le vice-Premier ministre turc, Numan Kurtulmus.

Le porte-parole du gouvernement turc s’exprimait, en conférence de presse, alors que se poursuivait la réunion du Conseil des ministres, lundi, à Ankara.

Il a commenté les relations turco-européennes à la lumière des négociations menées sur la levée des visas imposés aux ressortissants turcs pour l’accès à la zone Schengen, et de l’accord de réadmission par la Turquie des migrants irréguliers en Egée.

«La Turquie a assumé ses responsabilités, c’est maintenant à l’UE de le faire », a-t-il déclaré.

« Que l’UE ne néglige pas le sujet de la levée des visas. Nous sommes en faveur d’un processus transparent et espérons que le nécessaire sera fait », a-t-il soutenu.

Kurtulmus a noté que la Turquie avait adopté une approche « sérieuse et déterminée » durant les négociations.

«C’est possible de voir cela dans la baisse du nombre de migrants qui parviennent à rejoindre l’Union européenne, a-t-il fait remarquer, ajoutant que « Le sujet de la levée des visas et celui de la réadmission des migrants irréguliers [sur les îles grecques] par la Turquie ont été discutés simultanément ».

Selon Kurtulmus, ces négociations ne sont pas des instruments de politique interne.

« J’invite les dirigeants européens à ne pas instrumentaliser ces négociations à l’intérieur de leur frontière, car la Turquie n’agit pas de la sorte », a-t-il dit. « La Turquie a une approche sérieuse dans ces négociations et attend qu’elles donnent un résultat », a relevé Kurtulmus.

La Turquie et l’UE coopèrent dans le domaine de la lutte contre la migration illégale.

Les deux parties avaient convenu, le 29 novembre dernier, au cours d’un Sommet à Bruxelles d’un accord portant suppression par l’Union en octobre 2016, du visa imposé aux ressortissants turcs, en contrepartie de la réadmission par la Turquie des migrants qui se sont rendus dans les pays de l’UE à partir de son territoire. La date de la levée du visa a été ensuite avancée au mois de juin 2016.

Ahmet Davutoglu, alors Premier ministre, avait demandé une aide financière à l’UE d’une valeur de six milliards d’euros au total.

Interrogé sur la lutte antiterroriste en Turquie, Kurtulmus a démenti les allégations selon lesquelles des habitants de villes entières dans l’Est et le Sud-est de la Turquie seraient déplacés.

« Il n’en est pas question », a-t-il déclaré. « Les villes sont largement nettoyées à présent. La lutte continue dans les autres zones et continuera jusqu’à ce que le terrorisme soit totalement éliminé », a insisté le vice-Premier ministre turc.AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/0YlkSn