Ghazli : Il est temps d’arrêter l’hypocrisie, ou l’Europe soutient le PKK officiellement !

Voici le dernier commuiqué de Mourad Ghazli destiné à la TRT :

Les terroristes ont encore frappé la Turquie, tout d’abord je tiens à apporter mon amitié fraternelle aux familles et paix aux âmes des martyrs.

Le président Hollande et d’autres chefs de gouvernement de l’Europe ont condamné l’attaque terroriste à Istanbul mais au passage oublient que des soldats et civils sont tués chaque semaine dans l’est de la Turquie, sans qu’ils réagissent.

Que faire de leur condamnation d’hypocrite et leur larme de crocodile, quand on connaît leur double discours.

Demander à la Turquie de renoncer à sa loi anti-terroriste pour enrayer les auteurs et leurs complices et la rendre encore plus vulnérable alors que le dispositif actuel n’a pas entièrement réussi de l’enrayer.

Comment faire une telle demande en échange de la libre circulation des Turcs dans l’Union européenne, alors que les Turcs veulent déjà circuler librement en Turquie sans être l’objet d’une attaque de l’organisation terroriste PKK.

La France et d’autres pays accueillent et laissent s’organiser les organisations terroristes PKK et PYD, comment peuvent-ils serrer la main et regarder dans les yeux du président, du Premier ministre et du ministre des Affaires européennes, alors qu’ils sont complices par passivité avec les ennemis de la Turquie.

Il est temps d’arrêter l’hypocrisie, ou l’Europe soutient le PKK officiellement et l’enlève comme organisation terroriste mais tourne le dos à la Turquie, il est temps de trancher entre être l’ami du diable sans Etat et un pays souverain fort.

Le président Erdogan a eu raison de lever le masque publiquement des dirigeants européens, il ne cédera pas au chantage et il a déjà démontré depuis 2011 qu’il n’avait pas peur des réfugiés et savait les accueillir fraternellement.

L’Europe a aussi conditionné les 3 milliards, comme si les réfugiés vivaient d’amour et d’eau fraîche, que pour aider cette population il fallait des réformes structurelles en Turquie.

En quoi 72 critères de réforme ont une corrélation avec la prise en charge des réfugiés? La Turquie n’a pas demandé 72 critères aux Syriens et Irakiens.

Beaucoup de médias et politiques parlent des 6 milliards alors que les 3 premiers milliards n’ont pas été versés aux ONG. Il faut arrêter les promesses d’ivrognes et tenir ses engagements, il en va de la crédibilité de la parole donnée et de la responsabilité envers un pays partenaire.

Je demande à l’Europe de verser les 3 milliards aux réfugiés et de débloquer les visas sans condition, dans le cas contraire il faudra accepter les réfugiés et l’expliquer à nos peuples si accueillants et demandeurs de réfugiés.

Aucun pays n’a subi autant de chantage que la Turquie pour une simple levée de visas, c’est bien la preuve d’une volonté d’ingérence dans la politique turque et de se substituer au peuple turc sur la gestion de la Turquie, drôle de vision de la démocratie.

La Turquie progresse dans ses échanges commerciaux avec l’Asie et l’Afrique, Istanbul sera la place centrale entre l’Orient et l’Occident grâce au 3e aéroport et à la création du canal du Bosphore.

Elle contrôlera l’aérien et le maritime, c’est pour bientôt alors il est temps de cesser d’instrumentaliser la Turquie pour des intérêts politiques intérieurs, en effet les musulmans sont jugés comme l’axe du mal et donc la Turquie fait peur du fait d’être un pays musulman.

Des politiques parlent de millions de Turcs qui vont arriver en Europe, c’est vrai mais pour venir en vacances et investir comme le font les Chinois. Les Turcs ne rêvent pas d’Europe, ils vivent le rêve chaque jour avec un pays qui a de la croissance et en distribue à travers l’emploi et l’augmentation des salaires.

La Turquie n’est pas un restaurant à la carte, on l’accepte comme l’une des plus grandes puissances européenne et au monde ou on lui dit définitivement qu’elle n’est pas un partenaire.

La différence entre les pays européens et la Turquie c’est que nos partis dit de gouvernement se font dépasser par l’extrême droite alors qu’en Turquie le peuple soutient son gouvernement et souscrit à la feuille de route de son président qui depuis 2002 respecte ses engagements.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/PQa2xY