Campagnes politiques anti-turques en Autriche

0

Escalade de la xénophobie et des tendances racistes en Autriche.

Dans ce pays de 8,5 millions d’habitants, plus de 1,5 million d’étrangers ou d’Autrichiens d’origine étrangère suivent les développements avec préoccupation.

La pression est de plus en plus forte contre la communauté turque d’Autriche, forte de 250 000 personnes.

En amont des élections présidentielles du 2 octobre, les politiciens essaient de marquer des points en jouant sur la xénophobie.

Norbert Hofer, candidat de la Liberté d’Autriche (FPÖ), formation d’extrême-droite, a appelé à « interdire la naturalisation des Turcs jusqu’à ce que le problème de la double nationalité des Turcs en Autriche soit résolu ».

Se disant préoccupé par la naturalisation des Turcs, Norbert Hofer a affirmé son soutien au blocage des pourparlers d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

Selon les sondages, le candidat ultranationaliste pourrait remporter 51% des voix aux présidentielles le 2 octobre.

La course électorale promet d’être serrée, ce qui engendre une hausse des propagandes anti-turques.

Les politiciens des principaux partis, ont, eux aussi, recours à une propagande anti-turque dans le but de freiner la montée de l’extrême-droite.

Le chef de la diplomatie autrichienne, Sebastian Kurz, avait déclaré que les Turcs ayant participé aux manifestations contre la tentative de coup d’Etat pourraient être déchus de leur citoyenneté autrichienne.

La mairie de Wiener Neustadt a interdit aux Turcs de suspendre le drapeau turc devant leur domicile ou lieu de travail et donné une amende à ceux qui ont manifesté contre la tentative de coup d’Etat en Turquie pour « action contraire à la loi sur les manifestations et réunions ».

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/bRa8wC
Share.

About Author