La France, en passe de redevenir la « fille aînée de l’Eglise » ? (Analyse)

0

Depuis l’assassinat d’un prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray (Normandie) dans un attentat terroriste, la classe politique française semble vouloir renouer avec le rôle historique de la France dans le monde catholique, évoquant de plus en plus les « racines chrétiennes » du pays.

La « cathophilie » commence à régner à Gauche comme à Droite depuis l’attaque du 26 juillet, revendiquée par Daech, au point de renvoyer la France, un des modèles de la laïcité dans le monde, à son statut historique de « fille aînée de l’Eglise ».

Officiellement écartée du pouvoir en 1905, l’Eglise se dote de plus en plus des moyens pour se rapprocher de l’Etat français, concrètement par les contacts récents des hommes politiques français – dont le président François Hollande et l’ancien président Nicolas Sarkozy – avec le Vatican. La rencontre « privée » de Hollande, le 17 août, avec le Pape François, illustre le rapprochement entre la France et le Saint-Siège, qui ont pourtant connu des difficultés dans le passé, notamment après l’adoption de la loi sur ‘mariage pour tous’ en 2013 et l’opposition du Pape en 2015 à la nomination de Laurent Stefanini, ambassadeur au Vatican, pour son homosexualité.

Cette audience privée de Hollande confirmerait le « resserrement des liens » entre la France et le Vatican, souligne l’Elysée dans sa note d’information, affirmant également que « sur les crises écologique ou migratoire comme sur le terrorisme, les positions se rejoignent ».

– Une France qui affirme son rôle de « protecteur » des chrétiens d’Orient

Cette deuxième rencontre du président français avec le Pape, depuis le 24 janvier 2014, a été l’occasion pour les deux François, d’aborder la situation des chrétiens d’Orient, a fait savoir Hollande, s’exprimant à la presse, devant la très symbolique Saint-Louis-des-Français, église construite par les rois de France à Rome.

La France et le Pape ont « la même vocation » pour les chrétiens d’Orient, a encore indiqué le président français, rappelant par ailleurs que la France est « parmi les protecteurs des chrétiens d’Orient« .

Le président français avait tenu des propos similaires la semaine dernière vis-à-vis des chrétiens d’Orient, insistant sur la « mobilisation particulière » de son pays: « Nous avons une mobilisation particulière pour les chrétiens d’Orient. Nous savons quelles sont les souffrances qu’ils peuvent connaître, qu’ils sont indispensables au Moyen-Orient et combien ils contribuent à l’équilibre. Le pape est pleinement engagé pour qu’ils ne soient pas oubliés dans cette crise terrible. Mais la France l’est également« , avait-il ainsi noté.

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/sPzR6n
Share.

About Author