L’organisation terroriste guléniste FETÖ menace les Turcs de Belgique

0

Les Turcs qui ont organisé une manifestation ou qui ont montré depuis les réseaux sociaux leurs réactions à la tentative de coup d’Etat la nuit du 15 juillet à Beringen, en Belgique, sont convoqués un par un par la police. Suite aux plaintes déposées par les membres de l’organisation terroriste guléniste FETÖ, certains de ces jeunes sont accusés de « provocation » et d’autres, de « porter atteinte aux institutions affiliées à FETÖ ».

  • La seule cause de l’interrogatoire est de décourager –

Said Bataray a déclaré à l’Agence Anadolu que son interrogatoire à la police était dû aux membres de FETÖ. « Ils ont convoqué près de 60 jeunes, ce n’est pas rien ! La seule raison de cet interrogatoire est de nous décourager et de nous intimider » a assuré Bataray, appelant par cette occasion les autorités et les ONG à les soutenir du point de vue juridique.

  • Les partisans de FETÖ ont pris sur eux la réaction à la tentative de coup d’Etat –

Nesim Çiftçi qui a également été convoqué par la police, a indiqué qu’il avait posté un commentaire sur les réseaux sociaux la nuit de la tentative de coup d’Etat. « La police m’a convoqué et une fois là-bas, elle m’a montré mon message. Il avait été traduit du turc au flamand. Mais mon message ne comportait pas de réactions à la communauté guléniste ni même à ses partisans en Belgique. Ma réaction était aux putschistes. Cela montre qu’ils sont impliqués au coup d’Etat car ils ont été offensés de ma réaction. Que Dieu punisse ceux qui ont mené la tentative du putsch en Turquie, les partisans du putsch et ceux qui sont dans cet état d’esprit. Maudits soient-ils ! » a ajouté Çiftçi.

  • Les commerçants pro-FETÖ menacent de massacrer –

« Nous avons réagi à l’issue de la tentative de coup d’Etat. Nous nous sommes unis. Les membres de FETÖ qui n’ont pu le digérer, ont commencé à nous attaquer de toute part car on les boycottait. Ils essaient de nous intimider. Nous sommes sans cesse convoqués par la police » a relevé Serkan Özver, une des personnes convoquées par la police.

Précisant que les membres de FETÖ se montraient comme des victimes, Özver a noté qu’un commerçant pro-FETÖ les avait menacés :

« ‘Si je fais faillite en raison de votre boycott ou si une seule pierre est jetée sur mon commerce, je transformerais Beringen en un lac de sang’ nous a dit le commerçant. En plus, il le dit devant la police belge. Et quand certains jeunes appellent la police à intervenir suite à cette menace, la police répond ‘il parle en Turc, nous ne comprenons pas’. Finalement c’est moi qui subis un interrogatoire suite à la plainte du commerçant. »

  • La menace du commerçant est passée dans les registres de la police –

« Lors de mon audition à la police, j’ai fait part de la menace du commerçant et j’ai dit  également que je voulais porter plainte. Mais la police a essayé de me faire renoncer à porter plainte. Ils ont juste inclus cette partie dans mon procès-verbal. Quand je leur ai dit que je voulais directement porter plainte, ils n’ont pas tenu compte de ma demande. D’ailleurs, ce commerçant n’a toujours pas été convoqué par la police alors que cela fait plusieurs jours déjà » a déploré Özver.

 

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/Y6C8i9
Share.

About Author