Belgique : le complot de FETÖ contre le politicien turc a malheureusement marché

0

Le comité de discipline du Parti socialiste belge « sp.a » a décidé d’exclure Ahmet Koç, conseiller provincial de Limbourg, soutenant que ce dernier attisait la tension entre Turcs partisans et opposants de l’organisation terroriste guléniste FETÖ, au lieu de résoudre la question. Le comité a accusé également Ahmet Koç de participer et d’organiser les manifestations contre la tentative de coup d’Etat du 15 juillet en Turquie.

Vice-président du conseil provincial du Limbourg, Koç a affirmé être choqué par cette décision, assurant que celle-ci se portait sur des assertions sans fondement. « Je vois que des calculs politiques ont eu effet sur cette décision » a-t-il ajouté.

Victime d’une politique diffamatoire à son encontre dans la presse belge à la suite de la tentative de coup d’Etat, Koç est notamment accusé d’avoir organisé une émeute contre un centre lié à l’organisation terroriste guléniste FETÖ. Ces assertions ont été prises au sérieux par les socialistes flamands alors que Koç avait rejeté avoir même participé à cette manifestation. « Ces assertions sont basées sur les calomnies des membres de FETÖ. J’ai été pris pour cible du fait de ma position à l’encontre de la tentative de coup d’Etat » a estimé le conseiller provincial.

Auparavant, Koç avait également été contraint de subir un interrogatoire à la police suite à la calomnie de FETÖ selon laquelle il « planifierait un attentat à la bombe ». Le politicien d’origine turque a certifié que ces calomnies n’allaient pas le dissuader ni l’empêcher de poursuivre sa carrière politique.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/o4o4O5
Share.

About Author