« La Turquie ne lutte pas contre les Kurdes mais contre les organisations terroristes en Syrie »

0

La Turquie ne lutte pas contre les Kurdes mais contre les organisations terroristes dans le nord de la Syrie, a déclaré le porte-parole de la Présidence de la République turque, Ibrahim Kalin, lors d’une conférence de presse tenue mercredi au palais présidentiel à Ankara.

«Nous condamnons vigoureusement les tentatives cherchant à montrer nos opérations contre le terrorisme comme des opérations contre les Kurdes de Syrie. La Turquie n’a aucun problème avec les Kurdes de Syrie, comme elle n’en a pas avec les Kurdes de Turquie, d’Irak ou d’Iran. Notre problème c’est le PKK, c’est le terrorisme», a-t-il affirmé

Kalin a ainsi démenti tout accord avec le PYD, branche syrienne de l’organisation terroriste PKK.

«En tant que branche syrienne du PKK, le PYD est une organisation terroriste. Il n’est pas question d’un accord entre la République de Turquie et cette organisation terroriste ou n’importe quelle autre», a-t-il soutenu.

Précisant que l’objectif premier de l’opération Bouclier de l’Euphrate «est de sécuriser nos frontières et de nettoyer la région de la présence terroriste», le porte-parole a dit qu’il «n’est pas acceptable» d’entendre «des déclarations, notamment des autorités américaines, mettant au même niveau la Turquie et l’organisation terroriste PYD-YPG.»

Kalin a fait remarquer que la Turquie lutte contre trois organisations terroristes en même temps,le PKK, Daesh et FETO [dont les membres militaires ont été les instigateurs du coup d’État le 15 juillet].

«Chercher à déformer les sincères efforts d’un pays qui combat en même temps trois organisations terroristes ne correspond ni au principe d’amitié ni au souci de sécurité. La sécurité de la Turquie est celle de la région, mais aussi celle de l’Europe et d’autres régions. Ceux qui déforment cette réalité pour leurs propres intérêts politiques doivent sérieusement revoir leur position» , a-t-il insisté.

Quant au prochain sommet du G20 qui se déroulera en Chine, le porte-parole a annoncé que le président Recep Tayyip Erdogan «aura un programme chargé d’entretiens bilatéraux, dont certains sont déjà confirmés: entretiens avec les présidents de la Chine, des États-Unis, de la Fédération de Russie, ainsi qu’avec le Premier ministre du Japon et les responsables de l’Union européenne (UE). Une réunion quadripartite aura également lieu avec la chancelière allemande, le Premier ministre italien et le président français.»

Kalin a aussi noté que l’ordre du jour d’une rencontre prévu entre Erdogan et son homologue américain, Barack Obama, était chargé, et que «parmi les points qui seront abordés, il y a évidemment l’extradition du chef de FETO, Fethullah Gulen.»

 

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/dS7PdC
Share.

About Author