Ayrault: La polémique sur le burkini « dégrade l’image » de la France

0

La polémique sur le burkini « dégrade l’image » de la France, a estimé le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, dénonçant les « surenchères » de ceux qui « veulent tout interdire ».

« La France est souvent admirée pour son histoire, les valeurs qu’elle porte (…) Quand on se laisse aller à des surenchères sur des sujets de cette nature on dégrade notre image », a déclaré Ayrault, dans une interview à France 24, en marge de la Semaine des Ambassadeurs.

Se disant « inquiet » pour l’ampleur qu’a connue la polémique au mois d’août, notamment avec la multiplication des interdictions de ce maillot de bain couvrant intégralement le corps et les cheveux, Ayrault a lancé un « appel au calme » et à un « sursaut de raison et de comportement ».

Dénonçant par ailleurs la « surenchère » de ceux qui « veulent toujours des lois supplémentaires et qui veulent tout interdire », Ayrault a salué la décision du Conseil d’Etat qui a suspendu l’arrêté d’une des communes contre le burkini, ouvrant la voie à la suspension en série de ces interdictions.

Le Conseil d’Etat a pris une « décision extrêmement claire » à cet effet et il ne faut donc pas « rester dans l’idée de tout interdire », de « stigmatiser » et de « rejeter », a insisté le chef de la diplomatie française. « Quand la France rejette elle n’est plus en phase avec elle-même », a-t-il poursuivi.

– « La Turquie a le droit de faire respecter l’intégrité de sa frontière »

Interrogé sur les relations avec la Turquie, notamment au vu de son opération militaire dans le nord de la Syrie contre Daesh et les forces de l’organisation terroriste YPG, Ayrault a salué un développement « positif », rappelant que le pays a été « très touché » par le terrorisme.

« C’est un pays qui est très touché par le terrorisme, encore plus que la France (…) En même temps la Turquie a le droit de faire respecter l’intégrité de sa frontière », a souligné le ministre des Affaires étrangères.

S’agissant de l’accord conclu entre l’Union européenne (UE) et la Turquie sur le flux migratoire, Ayrault a estimé qu' »il faut continuer à le respecter ». « Il a permis de régler bien des problèmes », a soutenu le ministre, évoquant notamment le soutien de la Grèce à ce pacte.

« Il faut parler avec les Turcs, c’est un grand pays même si nous avons des désaccords », a-t-il ajouté.AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/03OJNn
Share.

About Author