Yildirim: « La Turquie a le droit de combattre ceux qui ont cherché à la faire disparaître »

0

Le Premier ministre turc, Binali Yildirim, a déclaré que chaque Etat est en droit de lutter, dans le cadre de la justice et de la démocratie, contre les tentatives, comme les coups d’Etat, qui cherchent à le faire disparaître.

Le chef du gouvernement turc s’est exprimé, jeudi, lors de sa rencontre avec les présidents des assemblées parlementaires internationales à Ankara, sur les évolutions en Turquie après le coup d’Etat raté de FETO du 15 juillet.

«Je pense que vous avez désormais suffisamment de données concernant l’odieuse tentative terroriste de coup d’Etat du 15 juillet. J’imagine que vous percevez beaucoup mieux à quel point l’organisation terroriste FETO a fait preuve d’inhumanité en tirant sur des civils innocents et non armés», a-t-il d’abord dit.

«Vous êtes témoin de l’animosité de FETO contre la démocratie quand elle a bombardé notre Parlement. Nous avons perdu 241 civils cette nuit du 15 juillet. Plus de deux milles personnes ont été blessées. Aucune autre attaque de ce genre contre la démocratie et le peuple n’a eu lieu ailleurs dans le monde. Mais notre peuple tout entier, quelle que soit son appartenance idéologique, s’est dressé courageusement face aux putschistes», a-t-il expliqué.

Binali Yildirim s’est félicité de l’unité nationale et du rassemblement vécus dans la nuit du 15 juillet mais aussi après.

«Une telle unité, entre les citoyens mais aussi les partis politiques, du gouvernement à l’opposition, n’a été que très rarement ressentie dans notre histoire moderne», a-t-il estimé.

Mais le Premier ministre a souligné aussi le droit de la Turquie de prendre toutes les mesures nécessaires contre les putschistes et FETO.

«Chaque Etat a le droit de se défendre contre ceux qui ont cherché à le faire disparaître. C’est notre droit le plus naturel que de mener ce combat dans le cadre des règles démocratiques et juridiques. Nous mettrons tout en œuvre pour qu’une telle tentative ne se reproduise plus dans notre pays», a-t-il insisté.

Yildirim en a profité pour dénoncer le manque de solidarité de nombreux pays amis et alliés après le 15 juillet.

«Nous avons toujours été au premier rang des défenseurs de la démocratie pendant la Guerre froide ou après, dans la lutte contre le terrorisme. Mais j’aimerais dire que le 15 juillet, nous avons bien sûr obtenu le soutien sans failles de certains de nos amis mais malheureusement de trop nombreux pays que nous considérions comme amis et en qui nous avions confiance, ont préféré rester silencieux face à cette odieuse attaque. Alors qu’elle visait directement la démocratie, la volonté du peuple et le peuple lui-même», a-t-il dénoncé.

«Notre attente est que vous racontiez à tout le monde ce que vous avez vu ici mais aussi l’héroïsme du peuple turc face aux putschistes. Ne le faites pas seulement dans les assemblées internationales où vous vous trouvez, faites-le aussi dans vos propres pays, dans vos parlements nationaux», a-t-il demandé à ses hôtes.

Le Premier ministre Yildirim a terminé son allocution en remerciant une nouvelle fois les présidents des assemblées parlementaires internationales venues montrer leur solidarité avec la Turquie.

 

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/32Wscx
Share.

About Author