Fin de la production de bombes à sous-munitions aux Etats-Unis

0

Le dernier fabricant américain de bombes à sous-munitions, bannies par de nombreux pays, a décidé de stopper leur production, un succès pour les organisations de défense des droits de l’homme qui tentent d’obtenir l’élimination de ces armes.

« L’environnement politique actuel rend difficile » l’obtention des autorisations d’exportation des bombes à sous-munition, a justifié mercredi soir le groupe Textron dans une notification à la SEC, le gendarme boursier américain.

Les bombes à sous-munitions contiennent des mini-bombes, jusqu’à des centaines dans certains cas, qui se dispersent sur un vaste périmètre, mais n’explosent pas toujours. 

Elles se muent alors de facto en mines anti-personnel susceptibles de se déclencher au moindre contact et peuvent se révéler meurtrières pour les civils pendant des années.

La convention internationale d’Oslo de 2008 interdit ce type d’armement. Elle a été ratifiée par nombre de pays occidentaux, mais pas par les Etats-Unis, qui continuent de penser que dans certains cas, l’usage de ces bombes peut-être justifié.

Washington n’a pas utilisé ces bombes depuis plusieurs années, mais continue d’en exporter.

Outre les Etats-Unis, une quinzaine de pays sont toujours répertoriés comme producteurs d’armes à sous-munitions, dont la Chine, la Russie et Israël.

Plus de 400 personnes ont été tuées ou blessées dans ces attaques, selon le rapport à l’ONU de l’Observatoire des armes à sous-munitions. La quasi-totalité d’entre elles (97%) étaient des civils, dont 36% d’enfants.

L’organisation de défense des droits de l’homme HRW, qui milite de longue date contre ces armes, s’est félicitée de l’arrêt de leur fabrication aux Etats-Unis.

« C’est très important. Cela rapproche un peu plus les Etats-Unis » d’une ratification de la convention d’Oslo, a affirmé à l’AFP Mary Wareham, spécialiste des armements chez HRW. « Et cela montre que cette convention est efficace, même pour les pays qui ne l’ont pas signée ».

Les militaires américains estiment que l’usage de bombes à sous-munition peut être approprié par exemple lorsqu’il s’agit d’attaquer un convoi de multiples véhicules.

Ils affirment également que les dernières générations de bombes, comme la CBU-105 fabriquée par Textron, ont des sous-munitions à guidage de précision, ce qui limite les possibilités de dissémination.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/Qu7wZl
Share.

About Author