Yildirim déplore les pertes financières causées par l’organisation terroriste PKK en Turquie

0

Le chef de gouvernement a tenu une réunion intitulée «Les 100 premiers jours du 65ème gouvernement», vendredi au Palais Cankaya à Ankara.

«Les pertes financières que l’organisation terroriste séparatiste PKK nous a fait subir est très importante. Le coût des tranchées et des barricades installées dans nos villes du sud-est, notre combat contre les terroristes et les conséquences de cela sur nos citoyens sont estimés à dix milliards de livres turques [3,37 milliards de dollars]», a-t-il déclaré.

Il a assuré que la lutte antiterroriste se poursuivra jusqu’à ce que tous les citoyens peuvent voyager partout dans le pays en toute sécurité, et jusqu’à ce que les risques d’attentats terroristes contre les civils soient totalement éliminés.

«En un mois d’opérations sécuritaires contre le PKK, quarante tonnes de drogues ont été saisies et 77 millions de plans de cannabis détruits, le tout d’une valeur de quatre milliards de livres turques [environ 1,3 milliard USD], a précisé Yildirim. Ce n’est pas pour leur consommation personnelle. Ils empoisonnent nos jeunes mais aussi les Européens», a-t-il ajouté.

Et Yildirim de poursuivre: «Nous avons retrouvé 25 véhicules volés à Lice [district rattaché à la province de Diyarbakir, sud-est], bourrés de bombes en vue de commettre des attentats. Actuellement, 910 véhicules sont déclarés volés dans tout le territoire. Nos forces de sécurité les recherchent pour qu’ils ne soient pas utilisés dans des attaques.»

Yildirim a affirmé que le gouvernement mettra en oeuvre un programme de développement et de progrès économique concernant 22 provinces.

«Nous l’annoncerons ce dimanche dans la province de Diyarbakir, a-t-il fait savoir. Les villes de l’est et du sud-est, où nous réaliserons des investissements importants, seront transformées en des centres attractifs.»

Le Premier ministre a aussi abordé la restructuration de l’appareil judiciaire durant les cent premiers jours de son gouvernement.

«Nous avons baissé le nombre des membres et des chambres au Conseil d’État et à la Cour suprême, comme il est le cas pour ces institutions dans les pays développés. C’est aussi parce que nous n’avions plus besoin d’une structure aussi lourde [avec autant de membres et de chambres]après la mise en place des cours d’appel, dans le but d’empêcher tout retard dans la justice. Ces cours sont entrés en fonction à partir du 20 juillet», a-t-il affirmé.(AA)

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/7rvwRu
Share.

About Author