Manifestation massive de la communauté chinoise à Paris contre le racisme

0

Une dizaine de milliers de membres de la communauté chinoise en France ont réclamé dimanche à Paris des mesures de protection et dénoncé le « racisme anti-asiatique », après des actes de violences répétés et l’agression mortelle d’un père de famille.

Zang Chaolin, un couturier de 49 ans, est décédé en août après avoir été agressé en Seine-Saint-Denis, au nord de Paris. Trois jeunes, soupçonnés d’avoir voulu voler le sac de son ami, ont été incarcérés mercredi. 

Dimanche, le cortège massé Place de la République dans le centre de Paris – 13.500 à 14.000 personnes selon la police, 100.000 selon les organisateurs – a observé une minute de silence pour lui rendre hommage.

« Il était venu en France chercher une vie meilleure, la liberté, l’égalité, la fraternité, il a trouvé la violence et l’insécurité. Ces voyous ont détruit notre confiance en la France: faisons entendre notre voix », a lancé en chinois à la tribune un porte-parole de l’association des Chinois résidents en France.

Vêtus d’un t-shirt blanc frappé du slogan « sécurité pour tous », les manifestants brandissaient des drapeaux français, en scandant « sécurité, sécurité, sécurité ». 

Les plaintes pour vol avec violence visant la communauté chinoise ont triplé en un an, passant de 35 à 105, dans la commune d’Aubervilliers, qui abrite au nord de Paris la première plateforme d’import-export textile d’Europe et où travaillent 10.000 personnes originaires de Chine.

Suna Chen et son compagnon, Le Xu, tous deux âgés de 38 ans, se sont déplacés dimanche pour dire leur « colère » aux « politiciens ». Arrivé en Francevoilà trente ans, le couple évoque « une insécurité grandissante depuis quelques années ». 

« Dans la communauté asiatique, on est ciblés car on est des proies faciles: on a des petites carrures et puis on est discrets, on ne porte souvent pas plainte, alors il n’y a pas de retombées », analyse Le Xu.

Autorités comme habitants estiment que ces agressions sont alimentées par un « préjugé raciste » selon lequel les personnes d’origine chinoise transportent de l’argent en liquide. Les touristes chinois sont également la cible d’agressions dans les zones touristiques et commerciales de Paris et près d’hébergements où ils séjournent en banlieue, non loin de l’aéroport de Roissy au nord de Paris.

Face à un sentiment d’insécurité croissant, la communauté s’est organisée via un système d’alerte par la messagerie WeChat ou Weibo, le Twitter chinois, ou avec des escortes pour rentrer chez soi.

Le collectif « Sécurité pour tous », qui appelait à manifester dimanche, met en cause les autorités qui « ont préféré fermer les yeux sur cette délinquance grandissante ». Il réclame notamment des effectifs policiers supplémentaires, des caméras de surveillance et la reconnaissance du racisme anti-asiatique. 

Sur Twitter, le Premier ministre Manuel Valls a assuré « nos compatriotes d’origine asiatique » de son « soutien total », jugeant « insupportables » les violences qui les visent. (AFP)

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/VOwFzK
Share.

About Author