Cavusoglu: La Turquie a une « approche plus raisonnable » sur la question de la peine de mort

0

La Turquie adopte désormais une « approche plus raisonnable » sur le rétablissement de la peine de mort, contrairement à la demande populaire qui a surgi après la tentative du coup d’Etat du 15 juillet, a estimé mercredi Mevlut Cavusoglu, ministre turc des Affaires étrangères.

S’exprimant conjointement avec le Secrétaire du Conseil de l’Europe Thorbjorn Jagland et la ministre estonienne des Affaires étrangères Marina Kaljurand à l’issue de leur entretien à Strasbourg, Cavusoglu est revenu sur le débat concernant le rétablissement de la peine de mort en Turquie, abolie en 2004.

Le rétablissement a été demandé par le peuple turc à la suite du putsch du 15 juillet, qui a été le premier soulèvement militaire en Turquie à avoir visé les civils, au-delà du pouvoir, a tenu à rappeler le chef de la diplomatie turque.

Les Turcs « se sont laissés aller aux émotions » après la mort de 241 civils le soir du 15 juillet, a estimé Cavusoglu, ajoutant toutefois qu’il existe dorénavant une « approche plus raisonnable » dans le pays pour débattre de ce sujet.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan n’approuvera la peine de mort qu’en cas de sa validation par le Parlement, a encore rappelé Cavusoglu, soulignant que le débat n’a pas été officiellement abordé par le législatif à ce stade.

Les hommes politiques turcs de tous bords sont également divisés sur le sujet, d’après le ministre des Affaires étrangères.

« Vous demandez le rétablissement de la peine de mort contre les putschistes. Les présidents des partis politiques sont ici. Si la souveraineté appartient au peuple, c’est donc au Parlement de vous écouter. Si le Parlement prend une telle décision en ce sens, je l’approuverais », avait déclaré Erdogan, s’exprimant le 7 août lors d’une manifestation à Istanbul contre le coup d’Etat. AA

 

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/98AxSw
Share.

About Author