France: Cazeneuve appelle les communes à accepter les migrants de Calais

0

Les communes françaises peuvent partager équitablement les migrants de la « Jungle » pour mettre fin au « drame humanitaire » à Calais, a estimé mercredi Bernard Cazeneuve, ministre français de l’Intérieur.

S’exprimant à la cérémonie du 60e anniversaire d’Adoma, société chargée de la construction d’habitats à vocation sociale en France, le ministre est revenu sur le sort de la Jungle, le plus grand campement de migrants du pays, qui est en voie de démantèlement, suite à la demande des habitants de Calais et de la maire de la ville, Natacha Bouchart.

« Il faudra que sur les territoires de France chacun accepte de prendre un peu de sa part pour que le drame humanitaire à Calais s’arrête », a martelé Cazeneuve dans son discours, soulignant qu’en théorie les migrants de Calais, dont le nombre est estimé à plus de 10 000, soit un niveau record, pourraient facilement trouver des abris en France.

Il faudrait ainsi qu' »une commune sur trois accepte de prendre seulement un migrant pour que dans la solidarité on règle le problème », a suggéré le ministre. « Ce n’est pas la méthode que nous avons arrêtée », a-t-il tenu à souligner, pourtant cette proposition montre « que c’est à notre portée, que ce n’est pas insurmontable ».

Cazeneuve a également mis en garde contre un démantèlement similaire à celui du centre d’accueil de Sangatte (Nord) en 2002, à la suite duquel près de 2 000 migrants s’étaient trouvés dans les rues sans aucune solution d’abri.

Une telle destruction abrupte donnerait la « satisfaction d’avoir fait une opération qui ne serait qu’une opération de police », et « n’aurait réglé aucun problème en créant de la détresse là où il y en a déjà beaucoup », a-t-il averti.

Le démantèlement ne pourrait être mis en œuvre que « dès lors que l’instrumentalisation du sujet de Calais à des fins politiques (…) cesse », a encore estimé le ministre de l’Intérieur, dénonçant « les positions, les peurs provoquées, l’instrumentalisation politique » des migrants.

Cazeneuve s’était rendu vendredi dernier à Calais pour rencontrer la maire de la commune qui refusait l’idée initiale du gouvernement de détruire la Jungle « par étapes ». Le ministre avait fait part de sa volonté de voir le campement démantelé « le plus rapidement possible », mais « avec méthode », suite à son déplacement dans le nord de la France.

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/ci1Lfj
Share.

About Author