France: Hollande, presque candidat à l’élection présidentielle

0

Le président français François Hollande a annoncé jeudi les enjeux de l’élection présidentielle de 2017 ainsi que les grandes axes de sa campagne électorale dans un discours attendu depuis la rentrée politique, sans officiellement confirmer sa candidature.

Dans le cadre de la conférence « La Démocratie face au terrorisme » organisée par la Fondation Jean Jaurès et la Fondation Terra Nova, Hollande a tracé devant de centaines de participants, dont les membres du gouvernement, les grandes lignes de sa campagne éventuelle, tout en s’en prenant à d’autres candidats à la présidentielle, en particulier à Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen.

Les enjeux de l’élection seront ainsi, « la protection des Français, la cohésion nationale, le modèle social, la conception de la démocratie et la place de la France en Europe », a-t-il souligné dans son discours, développant une vision de l’identité française, à l’opposé de celle défendue par Sarkozy et une grande partie de la droite.

« L’identité n’est pas figée, pas une contemplation du passé, pas une recherche obstinée des racines », a martelé le président français, fustigeant le débat lancé par Sarkozy: « La France est bien plus qu’une identité. C’est une idée, un projet, une ambition qui font de la France un pays regardé, espéré dans le monde ».

Il s’est également montré farouchement opposé à cet effet à une « législation de circonstance » sur le burkini ou sur l’islam, soutenue également par la droite. « Je l’affirme, tant que je suis Président, il n’y aura pas de législation de circonstance, aussi inapplicable qu’inconstitutionnelle », a ainsi précisé Hollande.

Il a dans ce contexte exprimé sa position sur la place de l’islam en France: « La question est de savoir si les principes posés il y a plus d’un siècle restent adaptés alors que l’islam est la 2e religion de France. La réponse est oui, clairement oui. L’immense majorité de nos compatriotes musulmans nous en donnent chaque jour la preuve. Rien dans l’idée de laïcité ne s’oppose à la pratique de l’islam en France, pourvu qu’elle se conforme à la loi »

« La laïcité n’est pas une religion d’Etat contre les religions », a encore estimé le président français, dénonçant l’affirmation qui souligne l’incompatibilité supposée de l’islam avec la République, soutenue, non seulement par la droite mais aussi par le Premier ministre Manuel Valls, ou encore « une suspicion générale à l’égard de nos compatriotes musulmans ».

Le président français a longuement abordé la question de l’Etat de droit, notamment les mesures de sécurité qui risquent de fragiliser la démocratie ou encore les libertés individuelles, dans le cadre de la lutte antiterroriste. Prenant clairement comme cible les propos de Sarkozy réduisant l’Etat de droit à des arguties juridiques, Hollande n’a pas mâché ses mots: « Non, les principes constitutionnels ne sont pas des « arguties juridiques ». Une argutie juridique, la liberté d’expression ? la liberté de culte ? Une argutie juridique, la présomption d’innocence, bien commode à brandir quand il s’agit de plaider pour son propre compte ? Si nous voulons rallier les démocrates contre le terrorisme, ne commençons pas à leur faire perdre leur âme ».

« ‘L’autre voie, la seule qui vaille, la seule efficace, est celle de l’État de droit », a poursuivi le président français. 

Concluant son discours de plus d’une heure sur la place de la France en Europe ou encore son image à l’international, Hollande a souligné qu’il ne se détournerait pas, même « dans les prochaines années » des objectifs qu’il a fixés à cet égard.

« Appeler à la cohésion nationale, porter un projet collectif, défendre l’idée même de la France, justifient plus que jamais le rassemblement. Je ne me détournerai pas de cet objectif qui m’a animé tout au long du quinquennat (…) Je ne laisserai jamais la France s’abîmer, être altérée ou réduite, c’est le combat d’une vie », a ainsi plaidé le président.

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/IEh60d
Share.

About Author