Celik: « L’UE doit ouvrir les chapitres 23 et 24 de l’adhésion » de la Turquie

Le ministre turc des Affaires européennes, Omer Celik, a déclaré que les chapitres 23 et 24 des négociations d’adhésion de son pays à l’Union Européenne (UE) devraient être ouverts si l’Europe veut sincèrement traiter des questions de la liberté de la presse et des droits fondamentaux en Turquie.

Les ministres turcs des Affaires européennes, Omer Celik, et des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, ont tenu, vendredi, une conférence de presse conjointe après la réunion de «Haut dialogue politique Turquie-UE» tenue avec Federica Mogherini, Commissaire européenne chargée des Relations extérieures de l’UE et des politiques de sécurité, et avec Johannes Hahn, Commissaire européen chargé des Politiques de voisinage et de l’élargissement.

Le ministre Celik a d’abord remercié ses hôtes européens pour leur visite en Turquie après la tentative de coup d’Etat du 15 juillet, «même si elle ne s’est faite plus d’un mois après», affirmant que la lutte contre l’organisation terroriste putschiste FETO est une priorité pour la sécurité de la Turquie.

«Il est essentiel que l’UE et ses institutions affichent une solidarité claire avec la Turquie après le coup d’Etat raté. C’est un message fort pour la démocratie à donner dans la région et pour le monde entier», a-t-il dit.

«En à peine 12 heures, la tentative de coup d’Etat a été, dans sa grande partie, mise en échec grâce au leadership de notre président et au courage de notre peuple. Nous avons donné plus de 240 martyrs et des milliers de blessés pour défendre notre démocratie. Le peuple turc a réécrit l’histoire de la démocratie», a-t-il rappelé.

Celik a saisi l’occasion pour critiquer ceux qui qualifient le Président Erdogan de «dictateur».

«Un dictateur se cache derrière les chars. Notre président s’est opposé aux chars avec son peuple», a-t-il lancé.

Le ministre est ensuite revenu sur les négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne.

Il a sévèrement condamné les déclarations de certains dirigeants européens affirmant que la Turquie ne sera jamais membre de l’UE.

«Durant la période précédente, nous avons ouvert les chapitres 17 et 33 des négociations. Nous devrions, dans cette nouvelle période, ouvrir les deux chapitres qui forment le cœur des négociations, les chapitres 23 et 24 sur la liberté de la presse, les droits fondamentaux et les libertés. Nous sommes confrontés à de nombreuses critiques sur ces questions. Si ces critiques sont sincères, quel meilleur moyen que d’ouvrir ces chapitres et de discuter de ces sujets», a-t-il dit.

Pour Celik, l’ouverture de ces deux chapitres et un «sérieux test de sincérité» pour l’UE, ajoutant que la Turquie est prête pour négocier sur ces chapitres et tous les autres. (AA)

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/6jVVAU