France: la maire de Calais juge que le mur anti-migrants « n’a plus lieu d’être »

0

La maire de Calais Natacha Bouchart a estimé jeudi que la construction d’un mur pour empêcher les intrusions de migrants à bord de camions vers le Royaume-Uni n’avait « plus lieu d’être » après l’annonce du gouvernement français de poursuivre le démantèlement du camp de la « Jungle ».

Mercredi, le ministère britannique de l’Intérieur a annoncé que les travaux pour la construction de ce mur allaient démarrer prochainement, suscitant de nombreuses critiques au Royaume-Uni sur ce projet qualifié par certains de « monstrueux ».

Ce mur « n’est plus d’actualité si on démantèle la +Jungle+. Je suis contre sa réalisation, car il contribuerait à donner une image environnementale négative supplémentaire de la ville aux milliers de touristes et voyageurs qui passent chaque jour à Calais », a déclaré la maire de droite.

Lors d’un déplacement à Calais (nord) la semaine dernière, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve s’était dit déterminé à démanteler « le plus rapidement possible » et « en une seule fois » la partie nord de cet immense bidonville qui abrite des milliers de migrants rêvant de passer en Angleterre. La partie sud a déjà été démantelée en mars mais les migrants continuent d’affluer massivement.

« Il est incohérent et incompréhensible d’annoncer en Angleterre le financement et le démarrage de l’édification du mur végétalisé alors que la semaine dernière, le ministre de l’Intérieur a confirmé le démantèlement rapide de la jungle Nord », a insisté la maire de Calais. 

Interrogées par l’AFP, les autorités locales n’avaient pas réagi aux propos de l’édile.

D’un coût de 2,7 millions d’euros, le mur végétalisé est financé par le Royaume-Uni et doit être construit par les services français de la voierie.

L’ouvrage est destiné à empêcher les migrants de s’introduire sur la rocade portuaire et de grimper sur les camions qui se dirigent vers le Royaume-Uni, qu’ils considèrent comme un eldorado.

Quelque 6.900 réfugiés, selon les autorités, plus de 9.000 selon des associations, survivent dans la « Jungle », le plus grand bidonville de France.

 

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/umabA5
Share.

About Author