« Ankara et Washington ont des divergences de vue concernant la Syrie »

Le président de la République turque Recep Tayyip Erdogan a déclaré que l’organisation terroriste guléniste/structure d’Etat parallèle (FETO/PDY) est non seulement une menace pour la sécurité de la Turquie mais également pour celle de tous les pays.

Le chef d’Etat turc Erdogan a participé au diner de gala offert par l’Association TURKEN au terme de ses prises de contacts aux Etats-Unis.

Le président Erdogan a critiqué l’administration américaine au sujet de l’extradition du chef de l’organisation terroriste guléniste/structure d’Etat parallèle (FETO/PDY), Fethullah Gulen.

Soulignant que la Turquie a toujours extradé les terroristes réclamés par les Etats-Unis, Erdogan a appelé les Etats-Unis à avoir la même sensibilité.

« Nous aussi, nous vous demandons de nous livrer une personne classée terroriste dans le document stratégique de notre Conseil de sécurité nationale. Mais vous continuez à vous obstiner. Il parle de tribunal, quel tribunal ? De quel genre de tribunal parlez-vous pour un terroriste ? » s’est ainsi exprimé Erdogan en réaction aux Etats-Unis.

« Il possèderait la Green Card. Est-ce aussi difficile d’annuler la Green Card alors que la déchéance de nationalité est aussi simple ? » a poursuivi Erdogan appelant les Etats-Unis à répondre à la demande de la Turquie.

Le président turc s’est également penché sur la question de la Syrie.

« Il y a seulement trois jours, un avion a livré une cargaison d’armes au PYD et au YPG. Où, à Kobané. Trois avions remplis d’armes avaient déjà déchargé des armes dans la ville de Kobané lorsqu’elle s’était vidé, et la moitié de ces armes est passée entre les mains de Daesh, et l’autre moitié est restée entre les mains du PYD et du YPG. Nous avons parlé de cela avec le président Obama mais ils ne nous ont pas écoutés. Malheureusement, le même scénario se répète actuellement. Cela n’aura pas de résultat. Cela ne fera que faire couler le sang » a reproché le président de la République turque Recep Tayyip Erdogan précisant qu’Ankara et Washington ont certains désaccords concernant la Syrie.

Le président Erdogan a fait savoir que le régime syrien ne souhaitait pas perdre la ville d’Alep.

« Mais, vous savez quel est le souci ? Mettre Alep sous pression et pousser la population d’Alep à migrer à Gaziantep ; c’est cela le plan. C’est la raison pour laquelle nous n’autoriseront cela. Nous n’autoriserons pas la formation d’un corridor de terrorisme au sud de la Turquie » a déclaré Erdogan affirmant qu’il y avait une relation de fraternité entre Alep et la Turquie et des liens familiaux entre Alep et la ville turque de Gaziantep.

Indiquant qu’ils défendent non seulement les droits de la Nation turque mais également ceux de tous les oppressés, le chef d’Etat turc Erdogan a rappelé son discours tenu au sommet des Nations Unies et réitéré que le ‘monde est plus grand que cinq’.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/IfgjAj