Erdogan/ Il n’est pas juste de lutter contre une organisation terroriste tout en soutenant une autre

Le président de la République Recep Tayyip Erdogan a affirmé qu’il n’était pas juste de lutter contre une organisation terroriste tout en soutenant une autre.

A New York où il se trouve à l’occasion de l’Assemblée générale de l’ONU, M. Erdogan a reçu le dirigeant de Bloomberg Michael Bloomberg et accordé une interview au redacteur en chef de Bloomberg News John Micklethwait.

“ Les Etats-Unis et la Russie ne sont pas des pays qui se situent près de la Syrie. La situation est compliquée en Syrie. Les américains disent qu’ils détruiront Daesh avec le PYD alors que nous affirmons que ce sont des organisations terroristes. Est-il possible de détruire une organisation terroriste par le biais d’une autre? Vous leurs livrez des armes et renforcez les menaces. Suite à l’attentat-suicide à Gaziantep, nous sommes entrés à Jarablus avec les opposants. Nous avançons vers Al-Bab. Il faut nettoyer cette région. Nos amis le comprennent ou pas” a dit M. Erdogan au sujet de la Syrie.

En réponse à une question portant sur le candidat qu’il soutient pour la présidence américaine, M. Erdogan s’est exprimé en ces termes : “ Je respecte le choix du peuple américain. Je ne peux pas faire de déclaration de soutien. Nous ferons l’analyse après la présidentielle. J’ai travaillé 14 ans, il est hors de question que nos relations avec les Etats-Unis soient interrompues, la continuité est essentielle dans la politique”.

“Lorsqu’un journaliste américain est emprisonné aux Etats-Unis, je ne peux pas en accuser ce pays. C’est la justice qui décide. Pouvons-nous dire que les journalistes ne commettent pas de crime? Ils commettent également des crimes. S’ils soutiennent la tentative de coup d’Etat, ils paient le prix. Lorsque les politiciens commettent des crimes, ils paient le prix” a-t-il expliqué en réponse à ceux qui critique le processus juridique entamé contre ceux qui soutiennent le terrorisme en Turquie.

Soulignant la croissance économique en Turquie, M. Erdogan s’est exprimé en ces mots : “ Nous avons enregistré une croissance économique de 3,8%, un niveau en dessous de celui que nous avons visé, mais nous avons préservé la stabilité et la confiance. Cela fait 29 trimestres de suite que la croissance économique se poursuit. Si la livre turque garde sa valeur, la croissance économique sera permanente. Nous ne voyons pas ce taux de croissance dans les pays se disant “développés”. La Banque centrale de Turquie a des réserves 123 milliards de dollars. Nous espérons que cela augmentera. Les agences de notation financière font des déclarations politiques. Elles favorisent les pays détruits et ignorent les pays ayant une économie dynamique. Il ne faut pas que ces agences aient une prise de position politique. Je les invite à être honnêtes. Même si vous n’êtes pas honnêtes, l’économie turque est bien forte”.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/FJ6dkP