France: Le maire de Calais s’oppose à la construction d’un mur « anti-intrusion » de migrants

0

La maire de Calais Natacha Bouchart (Les Républicains) a annoncé vendredi son opposition à la construction d’un mur « anti-intrusion » contre les migrants de la Jungle, qui n’a « plus lieu d’être ».

Dans un communiqué publié par la mairie de la ville portuaire située dans le nord de la France, Bouchart a menacé de prendre, en cas de besoin, un « arrêté interruptif » pour mettre fin à la construction d’un mur tout au long de la Rocade portuaire, dont les travaux ont commencé en début de la semaine.

Ce mur d’un kilomètre de long et 4 mètres de haut, qui devrait empêcher les migrants de bloquer l’autoroute pour monter à bord des camions à destination du Royaume-Uni, entrave le code de l’environnement et de l’urbanisme, « un constat d’infractions » a donc été établi ce jeudi 22 septembre par la Ville de Calais, selon l’édile.

Le mur est « classé en zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager, devenu site classé remarquable » et se situe en zone Seveso [zone de risque industriel, ndlr], explique ainsi Bouchart.

Bouchart affirme par ailleurs avoir reçu aucune réponse de la part du gouvernement à sa « demande de non-démarrage » des travaux et accorde un délai de huit jours avant d’imposer l’interruption de la construction par un arrêté municipal.

« Je sais bien que la préfecture peut passer outre et le retirer. Mais je veux marquer les choses, en utilisant les armes juridiques en ma possession. Et si besoin, nous irons au tribunal », met en garde la maire. Et d’ajouter: « Les Calaisiens en ont ras-le-bol de voir des barrières et des barbelés partout, on se sent complètement enfermé ».

La construction du mur « anti-intrusion » de migrants avait été qualifée par Amnesty International d’ « échec des chefs d’Etat européens à répondre de façon humaine à cette crise ».

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/K1mRzI
Share.

About Author