OCDE: Le monde « pris au piège de la croissance molle »

0

La faible progression du commerce international et les distorsions du système financier par les Etats ralentissent encore plus la croissance économique mondiale, a déclaré mercredi l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

« Le monde est pris au piège de la croissance molle, la médiocrité des anticipations de croissance bridant encore davantage les échanges, l’investissement, la productivité et les salaires », a déploré l’OCDE, dans ses « Perspectives économiques intermédiaires », parues mercredi.

L’OCDE prévoit ainsi une croissance économique mondiale faible de l’ordre de 2,9% en 2016, et de 3,2% en 2017, « soit un taux bien inférieur aux moyennes de long terme qui se situent autour de 3,75% ».

Ces prévisions ont par ailleurs été revues à la baisse depuis la dernière édition des « Perspectives économiques intermédiaires » de l’OCDE de juin dernier, dans laquelle l’organisation misait sur une croissance de 3,0% en 2016 et de 3,3% en 2017.

Cette révision s’explique par la « dégradation des prévisions pour 2017 concernant des grandes économies avancées – le Royaume-Uni notamment – contrebalancée par l’amélioration progressive de l’activité des producteurs de matières premières d’économies émergentes de premier plan », précise l’OCDE.

L’OCDE a, en effet, fortement revu à la baisse ses prévisions pour le Royaume-Uni, face aux « incertitudes très vives » depuis le Brexit. L’économie britannique ne progressera que de 1,0% en 2017, prévoit ainsi l’organisation, contre sa prévision initiale de 2,0%.

S’agissant de l’évolution du commerce international, l’OCDE déplore son ralentissement à un « taux correspondant à la moitié de ce qu’elle était avant la crise, en raison d’une contraction début 2016, l’asthénie actuelle étant concentrée en Asie ».

Les taux d’intérêt « exceptionnellement bas » voire négatifs « faussent le fonctionnement des marchés de capitaux et accentuent les risques à l’échelle du système financier dans son ensemble », s’inquiète encore l’OCDE dans son rapport.

« Le ralentissement prononcé des échanges internationaux met en relief les préoccupations relatives à la santé de l’économie et les difficultés à s’extraire du piège de la croissance molle, a avancé pour sa part Catherine Mann, Chef économiste de l’OCDE, lors de la présentation du rapport à Paris.

« Si la faiblesse de la demande contribue assurément au ralentissement des échanges, l’absence de soutien politique en faveur de politiques commerciales dont les bienfaits pourraient être largement partagés est très préoccupante » affirme-t-elle. 

AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/DE97Zd
Share.

About Author