France : Marseille abandonne un projet de grande mosquée

0

La ville de Marseille (sud de la France), dont environ un quart des 850.000 habitants sont des musulmans de toutes origines, n’aura pas sa grande mosquée : la mairie a décidé de résilier le bail du terrain sur lequel elle devait être bâtie, mettant un terme à un projet vieux de neuf ans.

Le conseil municipal doit voter dans les prochains jours la résiliation du bail conclu en 2007 entre cette métropole méditerranéenne et l’association La Mosquée de Marseille portant sur un terrain de 8.000 m2 destiné à la construction d’un lieu de culte monumental. A Marseille, 70.000 des 220.000 musulmans sont des pratiquants et disposent au total de quelque 70 salles de prière déclarées.

La ville évoque plusieurs raisons pour la résiliation du bail. « Depuis 2013, nous avons des soucis de recouvrement » des loyers, a expliqué à l’AFP Marie-Agnès Caradec, l’adjointe à l’urbanisme chargée du dossier. D’autre part, « un permis de construire a été délivré en 2009. Le bail prévoyait sept ans pour construire la mosquée. Aujourd’hui, rien n’a été entrepris ».

Le projet, lancé il y a presque 10 ans, n’a en fait jamais dépassé le stade de la première pierre posée en 2010. Faute de financements et sur fond de dissensions au sein de l’association porteuse du projet aux côtés de la mairie, il n’a jamais réellement commencé.

« Pour l’instant, ce n’est pas une décision, la mairie l’envisage », veut croire le président de l’association, Abderrahmane Ghoul, joint par l’AFP.

Pour expliquer le fiasco, il reproche pêle-mêle à la mairie d’avoir fait main basse sur le projet et provoqué la fuite des donateurs. « Ils nous ont ligotés par des conditions qui ne nous offrent aucune liberté d’action », estime-t-il, « ce qui n’encourage pas à s’engager dans ce projet, qui reste sous tutelle de la mairie ».

« Marseille a besoin d’une grande mosquée », juge M. Ghoul. Cette décision, « c’est un symbole, au moment où on est en train de faire tout pour combattre la radicalisation des jeunes ». « Il y a des solutions, mais pour cela, il faut qu’on soit tous autour d’une table », regrette-t-il.

 

AFP 

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/7tXWEi
Share.

About Author