La détérioration des relations avec la Turquie sera au détriment de l’UE

La détérioration des relations avec la Turquie sera au détriment de l’Union européenne (UE), a déclaré, lundi, le vice-Premier ministre turc, Numan Kurtulmus.

Le vice-Premier ministre animait un point de presse en marge de la réunion du Conseil des ministres, lundi, à Ankara.

Il a commenté la décision adoptée par le Parlement européen jeudi dernier, en faveur du gel des négociations d’adhésion avec la Turquie.

«Nous ne souhaitons pas que les relations se détériorent, mais si c’est le cas, ce sera au détriment de l’UE qui sera beaucoup plus affectée que la Turquie», a affirmé Kurtulmus, rappelant que la décision n’est pas juridiquement contraignante et «manque de vision et relève des deux poids des mesures».

«Il est évident que les politiques de l’extrême droite contre la Turquie, les migrants et l’Islam ont influencé le Parlement européen. Dans ce sens, il faut que les hommes politiques européens prennent la mesure de cette décision qui sonne comme une alarme pour l’Europe» a-t-il ajouté.

Pour le vice-Premier ministre, la décision contredit les valeurs de l’Europe, considérées comme étant conformes aux standards internationaux.

Il a espéré que les dirigeants, qui se réuniront pour un sommet au mois de décembre, adopteraient « une approche plus visionnaire, responsable et équilibrée ».

Kurtulmus a aussi critiqué l’approche adoptée par l’UE vis-à-vis du terrorisme, notamment l’organisation terroriste PKK.

«L’UE n’a pas ajouté le PKK sur la liste des organisations terroristes à notre demande uniquement », a-t-il dit.

« Cette organisation terroriste a commis plusieurs actes dans les pays européens. La suppression [éventuelle] du PKK de cette liste sera illogique. J’estime que l’UE n’agira pas ainsi. Les décisions des tribunaux ne reflètent pas l’approche de la Belgique ou de l’Allemagne », a-t-il expliqué.

« La Turquie n’est pas à l’origine de la tension », a-t-il ajouté. « C’est plutôt l’approche et l’attitude hostiles de certains dirigeants politiques de l’UE qui en est la cause », a-t-il dit.

Kurtulmus a aussi abordé l’opération militaire « Bouclier de l’Euphrate » en cours en Syrie.

« Monsieur Poutine a personnellement confirmé que les raids aériens contre nos soldats en Syrie n’avaient pas été effectués par des avions russes », a-t-il affirmé dans ce cadre.

« Nous disposons de toutes les données relatives à ces frappes effectuées par des avions ou des drones. Une fois que tout sera analysé, nous entreprendrons alors les démarches adéquates », a-t-il relevé

Le vice-Premier ministre a insisté sur le fait que la Turquie soutient la relance des négociations politiques pour parvenir à une solution en Syrie.

«Notre économie ne subit pas de fluctuations à cause de ses faiblesses structurelles. Il s’agit d’une turbulence à cause de l’élection présidentielle aux États-Unis d’Amérique, et l’ambiguïté concernant les changements que provoquera l’Administration du nouveau président Trump » a-t-il affirmé.

« Les causes sont donc extérieures à la Turquie. C’est pourquoi nous sommes optimistes », a-t-il conclu.AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/CIaFeG