Les déclarations d’Erdogan concernant l’ouverture des frontières

Les déclarations du Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, concernant l’ouverture des frontières, ont suscité l’espoir des réfugiés de vivre dans les pays européens.

Le président de l’Association des Turkmènes de Syrie, Ekrem Dede, a accordé une interview à l’agence Anadolu (AA) au cours de laquelle il a affirmé leur reconnaissance envers la Turquie pour les avoir accueillis avec hospitalité durant des années.

« Ces frontières doivent être ouvertes et les conditions de vie des réfugiés doivent être améliorées dans les pays européens. Nos citoyens doivent pouvoir accéder à l’Europe car ils fuient le massacre et la mort »,a-t-il lancé.

« L’Europe n’a pour le moment accepté que très peu de nos citoyens contrairement à la Turquie qui en a accueilli plus de 3 millions. Les réfugiés se trouvant dans le district Akcakale de la province turque de Sanliurfa sont eux seuls plus nombreux que les réfugiés se trouvant dans de plusieurs pays européens. L’Europe prétend défendre les droits de l’Homme, mais ceci est vrai seulement pour ses ressortissants. Quant il s’agit de nous, elle ne les applique pas. Que le Président Erdogan ouvre les frontières et que les pays européens fassent plus d’efforts pour les réfugiés »,a-t-il poursuivi.

Sadi Suveys affirme, dans un entretien avec Anadolu, avoir fui la Syrie et s’être réfugié en Turquie avec sa famille.

Il a noté que toutes sortes d’aide leur ont été fournies en Turquie.

« Nous attendons du Président Erdogan qu’il ouvre les frontières pour nos citoyens qui veulent rejoindre l’Europe. J’estime que si les postes frontières s’ouvrent, près de 500 000 réfugiés iront en Europe dans un premier temps. Ce sont davantage les Syriens cultivés et jeunes qui veulent se rendre en Europe pour vivre dans des meilleures conditions de vie »,a-t-il encore tenu à dire.

Jamil Hazuri est un réfugié Syrien qui a perdu un oeil au cours de la guerre syrienne.

« Je veux aller au Danemark pour me faire opérer. Je pense que je serai mieux là bas. Je pourrais y trouver un travail ,a-t-il dit.

Elif Mevlevi, 25 ans, déclare que la Turquie ne leur a pas seulement ouvert ses portes mais aussi son coeur.

La jeune femme explique avoir fui à Kilis, ville du sud-est de la Turquie, cinq ans auparavant, en compagnie de sa famille.

« Le peuple turc ne nous a jamais laissés seuls. Nous remercions le Président Erdogan. Nous attendons que l’Europe fasse le même effort que la Turquie. Je vis dans de bonnes conditions ici, mais je veux tout de même partir en Europe »,a-t-elle dit.

Pour sa part, Enes Huseyin, indique s’être réfugiée en Turquie avec ses trois enfants.

« Le gouvernement et le peuple turcs nous ont apporté leur soutien. Lorsque j’étais en Syrie, j’étais entraineur. Je n’ai pas pu exercer mon métier, ici. C’est pourquoi je veux partir en Europe. rejoindre mes amis en Belgique et en Allemagne qui exercent ce métier là-bas »,a-t-il déclaré. AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/WwswVY