Perspective turque sur l’actualité (17)

La thèse de Francis Fukuyama intitulée « la Fin de l’Histoire », publiée en 1992 après la dislocation de l’URSS, avait fait écho dans le monde entier. Le fait que cette thèse ait été écrite au début d’un régime jugé « islamique » par la révolution de Khomeiny en Iran et les moudjahidines de l’Afghanistan qui ont vaincu l’URSS, avait également causé la réaction des écrivains romantiques.

Voici ce qu’expliquait Fukuyama dans sa thèse :

« L’échec de la monarchie ou du communisme provient du manque de liberté et de prospérité. Il n’y a pas de démocratie et de liberté, ce qui empêche l’islam d’être montré comme une alternative de régime. Par ailleurs, le fait que l’islam n’ait pas les moyens à assurer certaines valeurs importantes de la modernité ne lui permet pas d’être compatible avec la modernité définie par la démocratie libérale et le capitalisme. D’ailleurs, il est clair que c’est le libéralisme qui a gagné la guerre idéologique.

Il faut aussi souligner Fukuyama exprime cette thèse après 1991 où intervient l’effondrement de l’URSS et où les Etats-Unis divisent en trois l’espace aérien irakien. Comme on s’en souviendra, la 1ère Guerre du Golfe en 1991 était une guerre où les Etats-Unis ont attaqué l’Irak et divisé effectivement ce pays en trois. Les pays précurseurs de la Démocratie occidentale libérale que loue Fukuyama, avaient lancé ces jours-ci un mouvement de changement dans le monde musulman :

C’était une période où le Parti de la Félicité en Turquie était le principal acteur politique choisi par le peuple turc qui a des sensibilités islamiques, où le Hamas avait remplacé l’OLP en Palestine en obtenant le soutien de la grande partie des Palestiniens, où intervient la révolution ‘islamique’ au Soudan dont la théorie appartient à Hassan Tourabi qui a rompu en pratique avec l’ancien chef d’Etat soudanais le général Omar Al-Béchir dont il n’approuvait pas les méthodes, et où les musulmans de Bosnie-Herzégovine commencent à se rendre compte de leur identité.

Fukuyama défendait que toute cette agitation dans le monde musulman était vaine et que l’Occident le vaincra avec sa civilisation et sa technologie.

Dans le processus qui s’est produit, Fukuyama a eu raison. Mais sa raison était injuste, cruelle et très incomplète. Ils ont tenté de mater les mouvements libertaires du monde musulman pas par la civilisation occidentale, mas par les missiles, les avions de chasse, les bombes et les baïonnettes de soldats. Des millions de personnes ont été massacrées arbitrairement dans le monde musulman, mais aucun philosophe, penseur et écrivain défenseur de la civilisation occidentale libertaire/libérale, n’a réagi. Au contraire, certains écrivains et penseurs ont essayé de comprendre cette agressivité de l’Occident. Ils sont allés encore plus loin et ont institutionnalisé cette agressivité destructive par la théorie de la « guerre préventive ». D’après eux, ce changement et cette évolution dans le monde musulman allaient devenir capable de nuire aux valeurs et à la civilisation occidentale

L’Occident devait commencer cette éventuelle guerre dans les terres où ce changement et cette évolution ont commencé, c’est-à-dire dans le monde musulman.

Ils ne se sont pas contentés d’observer avec un certain plaisir le renversement par la voie armée, -voire même un coup d’Etat,- du parti de la Prospérité et du Hamas, tous deux venus au pouvoir avec un système électoral juste en remportant cette course démocratique, mais ils l’ont même applaudi.

Ce qui suit, c’est le génocide des musulmans en Bosnie Herzégovine ainsi que la mort de près de 4 millions de civils en Afghanistan, en Irak, en Syrie, en Somalie, au Yémen et en Libye. Des millions d’autres ont été blessés, des dizaines de millions ont dû quitter leurs terres. Chaque parcelle de terre envahie ou occupée par la civilisation occidentale sous prétexte de « guerre préventive » s’est couverte du sang des musulmans.

Alors qu’il faisait usage de toutes les technologies et armes meurtrières contre un éventuel danger provenant du « monde islamique », l’occident a été secoué avec le crépitement causé par sa propre putridité. En Autriche, le parti d’extrême-droite a remporté les élections. La situation est la même en France, en Allemagne et en Europe du Nord. Le racisme et la « marginalisation » se répandent rapidement.

Pour le moment, l’Europe essaie de prévenir cette droitisation. Cependant, la démocratie occidentale libérale baptisée « puissance infinie inébranlable » et sacrée par Fukuyama, n’a pu empêcher ce courant, et a été anéanti aux Etats-Unis.

Le fait que l’intolérance aux résultats des élections américaines ait fait descendre la population dans les rues transformées en champs de bataille, montrent que l’aile libéral et des défenseurs de la liberté a été décomposée dans la civilisation occidentale. Bien entendu il faut définir le terme libéral et celui de défense de la liberté non pas suivant leur définition encyclopédique mais suivant l’approche bénissant l’Occident et les valeurs occidentaux.

L’Occident d’aujourd’hui était une aile du nouveau monde formé avec le traité de Yalta. En 1991, l’Aile orientale, c’est-à-dire le système soviétique s’est effondré. Il a été constaté que tous les cadres communistes éminents de ce système, dont le leader cubain Fidel Castro qui s’est éteint il y a quelques jours, étaient chacun des capitalistes.

Quant au rapport main d’œuvre-capitale de l’aile occidentale, il a créé la non-distribution équitable à toutes les couches de la population et causé sa fin.

Le crime de haine qui est tenté d’être montré comme la ‘droite’ dans le monde occidental, a dorénavant commencé à ronger ses propres enfants. Ce n’est pas l’Occident mais la civilisation libérale occidentale qui a pratiquement tué les enfants du monde musulman depuis 1991.

Pour autant dire, les politiciens occidentaux se débattent pour la poursuite des relations Turquie-Union européenne depuis le défi du président de la République turque Recep Tayyip Erdogan. Car ils savent que le jour où la Turquie annoncera officiellement et effectivement qu’elle retire sa candidature à l’Union européenne qui est l’union sacrée de l’Occident libéral, sera la fin de l’histoire de l’Occident libéral.

Je ne sais pas si cela est un coup de l’histoire ou du destin. Mais, le fait que la vie de la civilisation de l’Occident libéral qui nous a été présentée comme une divinité mondaine inaccessible, dépende des propos du leader d’un pays musulman, n’est autre que l’ironie du sort.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/pDGRVT