« L’Islam ne peut être assimilé aux groupes terroristes tels que Daesh »

« L’Islam, qui est une religion moderne, ne peut être assimilé aux groupes terroristes tels que Daesh qui se servent de l’Islam pour perpétrer leurs attaques ».

C’est de cette manière que le leader du Front Moro Islamique de Libération des Philippines (MILF), Hadj Murat Ibrahim a rejeté le caractère islamique autoproclamé de l’organisation terroriste Daesh.

Pour le leader de l’opposition philippine, l’Islam ne peut être associé au terrorisme.

« Les groupes terroristes qui utilisent le nom de l’Islam et qui se renforcent considérablement à travers le monde n’ont rien à voir avec l’Islam. Ce qu’ils font n’a aucun rapport avec l’Islam, qui est en soi une religion moderne. Nous ne soutenons pas ces actes terroristes. Malheureusement, les groupes terroristes tels que Daesh se servent du nom de l’Islam pour perpétrer leurs actions », a-t-il déclaré.

En 2014, après 40 ans de guerre civile et d’affrontements, le parlement des Philippines a entériné un accord de paix signé entre le gouvernement et le Front Moro.

Conformément à cet accord, les armes en possession du Front ont été remises à l’ambassadeur de Turquie, Haydar Berk, qui s’est assuré que celles-ci soient placées en lieux sûrs.

De plus, 30% des groupes armés membres du Front Moro ont été dissous, alors que 35% le seront après les résultats du référendum. Les 35% restants seront désarmés une fois que le nouveau gouvernement sera formé.

« En mars 2014 nous avons signé avec le gouvernement un accord de paix. En 2019, nous allons former le gouvernement ensemble », a déclaré Ibrahim.

« Le plus dur reste à mettre en oeuvre cet accord. La première partie concerne les modalités politiques et juridiques qui doivent être adoptées par le Parlement. Une commission parlementaire composée de 11 représentants du Front Moro et de 10 représentants du gouvernement sera chargée d’élaborer ces réformes », a-t-il expliqué.

Le leader du Front Moro a ensuite indiqué que la deuxième étape du processus de paix serait entamée après la formation du gouvernement en 2019.

« Après cela, nous devrons mener les réformes dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’agriculture », a-t-il conclu.AA

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/BubXAu