«Le PYD est la branche du groupe terroriste PKK mais nous ne le qualifions pas de terroriste» (USA)

0

L’émissaire spécial américain pour la Syrie, l’ambassadeur James Jeffrey a fait savoir que son pays reconnaissait que le PYD avec qui ils coopèrent en Syrie, est la branche de l’organisation terroriste et séparatiste PKK, ajoutant toutefois « qu’ils ne le qualifient de pas de terroriste ».

Dans son intervention durant la visite annuelle du groupe de média américain « Defense One », Jeffrey a fait des évaluations sur la relation des Etats-Unis avec l’organisation terroriste et séparatiste PYD/YPG/PKK.

L’émissaire spécial américain a fait savoir qu’ils devaient travailler à la fois avec la Turquie et le PYD/YPG/PKK en Syrie.

En réponse à une question demandant comment ils arrivaient à équilibrer le travail à la fois avec la Turquie et le PYD/YPG qui utilisent l’appellation des Forces démocratiques syriennes (FDS) et qu’ils considèrent comme « la branche du PKK en Syrie », Jeffrey a répondu :

« Cela est assez difficile. Car sans la participation active de la Turquie, sa coopération et sa coordination, nous n’aurions pu faire aucune des activités que nous faisons aujourd’hui en Syrie. Mais sans un partenaire local nous n’aurions pu maintenir notre présence dans le nord et notre lutte qui n’est pas encore terminée contre DAESH. Ce partenaire local est le PYD qui est la branche en Syrie du PKK mais que nous ne qualifions pas de terroriste comme le PKK. C’est une grande préoccupation pour les Turcs mais nous ne l’avons pas encore reconnu jusqu’à ce jour ».

Selon Jeffrey, Ankara supporte cette relation entre les Etats-Unis et l’YPG/PKK du fait que la défaite de DAESH soit aussi parmi les priorités de sécurité de la Turquie.

« Les Turcs ont commencé à nous poser des difficultés lorsque nous avons décidé d’avoir des politiques au-delà de la défaite de DAESH en Syrie » a déclaré Jeffrey.

Jeffrey a fait savoir que la Turquie soutient certaines priorités des Etats-Unis en Syrie comme la défaite de DAESH, le renvoi de l’Iran et des milices appuyées par l’Iran et le lancement d’un processus politique de paix.

« Mais ils ne sont pas sûrs que la raison de notre présence dans le nord-est soit ça. Comme nous leur avons exprimé, c’est une relation passagère que nous avons (avec l’YPG/PKK). C’est toujours le cas mais nous y avons ajouté certaines conditions. Mais nous n’avons pas réussi à l’expliquer aux Turcs. Cela provoque une tension entre nous, les Turcs et le PYD/FDS à la frontière » a continué Jeffrey.

Avant d’être nommé émissaire spécial pour la Syrie, Jeffrey avait clairement annoncé à plusieurs reprises que l’YPG/PYD étaient la « branche en Syrie du PKK ».

Il avait changé de discours récemment en disant que « l’YPG n’était pas classé terroriste par les Etats-Unis », suscitant des débats.

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/7abM4s
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire