Nauert dément les allégations sur l’extradition du chef du groupe terroriste FETO vers la Turquie

0

La porte-parole du département d’Etat américain, Heather Nauert, a démenti les allégations selon lesquelles Washington envisage d’extrader le dirigeant de l’organisation terroriste guléniste (FETO), dans un geste « d’apaisement », après l’assassinat du journaliste saoudien Khashoggi dans le consulat de son pays à Istanbul.

Nauert a déclaré, lors d’une conférence de presse au siège du Département d’Etat : « Nous avons parlé avec nos collègues de la Maison-Blanche et ils nous ont clairement fait savoir qu’il n’y a pas eu de discussion à ce sujet« .

Le Département américain de la Justice étudie toujours les preuves fournies par la Turquie en vue de l’extradition de Gulen [à la suite de la tentative de coup d’État manquée menée par FETO en 2016], a-t-elle indiqué, notant que ce dossier relève totalement du Département de la Justice.

Au sujet des sanctions décidées par Washington sanctions à l’encontre d’individus impliqués dans le meurtre de Khashoggi, tandis que Riyad a annoncé des sanctions contre des responsables, Nauert a déclaré :

« Il n’y a aucun lien entre eux. Nous travaillions depuis le début sur la question des sanctions, et ce n’était pas une surprise« .

En réponse à une question du correspondant d’Anadolu sur la manière dont les États-Unis identifieraient les personnes à sanctionner, en dépit du fait que les autorités saoudiennes n’aient pas révélé de noms, la porte-parole a indiqué qu’il n’y aucun lien direct entre le processus des sanctions américaines et les décisions prises à Riyad.

La partie américaine a identifié ces individus par ses propres efforts, a-t-elle souligné, refusant de fournir des détails sur une éventuelle coopération entre les États-Unis et l’Arabie saoudite à cet égard.

La chaîne américaine «NBC News » a rapporté jeudi, que la Maison Blanche étudie les moyens légaux d’extrader Fetullah Gulen, dirigeant de l’organisation terroriste guléniste (FETO), en Turquie, afin d’atténuer la pression turque exercée sur Riyad à la suite du meurtre de Jamal Khashoggi.

Le mois dernier, l’administration Donald Trump a chargé le ministère de la Justice et le FBI de rouvrir le dossier d’extradition de Gulen, et a également demandé au département de la Sécurité intérieure des informations sur son statut juridique, ont déclaré à NBC quatre sources, dont deux hauts responsables américains.

Selon la chaîne, un responsable turc a déclaré que la question de l’extradition n’est pas liée au meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, tué par des agents saoudiens après son entrée dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul.

« Nous ne voyons aucun lien entre les deux », a déclaré le responsable à NBC. « Nous voulons que des mesures soient prises par les États-Unis en ce qui concerne l’extradition de Gulen. Et nous allons poursuivre notre enquête concernant l’affaire Khashoggi. »

L’organisation terroriste dirigée par Gulen, a fomenté la tentative de coup d’État avortée du 15 juillet 2016, qui a fait 251 martyrs et près de 2 200 blessés.

AA

 

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/wL0GK0
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire