Erdogan: « Nous sommes déterminés à mettre en pièces le corridor du terrorisme à l’Est de l’Euphrate »

0

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a très fortement souligné la détermination de la Turquie à éradiquer le terrorisme à l’Est de l’Euphrate en Syrie et dans le Nord de l’Irak.

Le Chef de l’Etat turc s’exprimait, vendredi, lors d’une réunion avec les responsables des sections et fédérations du Parti de la Justice et du Développement (AK Parti), réunis à Ankara.

Il a d’abord longuement défini les nouvelles stratégies de sa formation politique en vue des élections de 2023, insistant sur une remise en question profonde, le besoin de se renouveler et d’être plus à l’écoute des citoyens, tout en évitant tout comportement arrogant.

« En juin 2023, pour les prochaines élections, notre peuple sera face à un parti ayant les mêmes motivations qu’à sa création, enrichi de 22 années d’expérience : un tout nouveau AK Parti », a-t-il lancé.

Erdogan a ensuite fait des déclarations importantes sur les sujets régionaux et internationaux.

L’achat des S-400 et la décision américaine sur les F-35 :

« Après leur montage et les formations, nous pourrons utiliser ces systèmes [S-400]de manière active en avril 2020 ».

S’adressant aux Etats-Unis: « Vous ne nous donnez pas les F-35 ? Très bien, mais sachez que nous prendrons nos mesures et nous tournerons vers d’autres ».

La lutte contre le terrorisme et le Nord de la Syrie :

« L’attaque contre notre employé du consulat d’Erbil démontre combien l’Opération Griffes dans le Nord de l’Irak est une bonne décision ».

« Notre objectif est de combattre les terroristes non dans les montagnes mais sur le plateau de l’autre côté de notre frontière, et ainsi de créer un axe de sécurité. Une fois cet objectif atteint, le Mont Qandil ne sera plus un problème pour nous ».

« Quelles qu’en soient les conséquences, nous sommes déterminés à mettre en pièces le corridor du terrorisme à l’Est de l’Euphrate (Syrie) », mettant devant ses responsabilités les Etats-Unis qui tardent à mettre en place la zone de sécurité annoncée par Donald Trump et à appliquer la feuille de route sur Manbij.

Les relations avec l’UE :

« La Turquie demeure le meilleur candidat ami à l’UE, en matière de proximité, de puissance et de bénéfices. Et nous voulons le rester. Nous voulons juste constater que l’Europe partage cette volonté. »

Au sujet de la Syrie, il a indiqué que ceux qui font aujourd’hui les caïds en comptant sur des puissances étrangères, vont demain être enterrés ou devoir accepter l’humiliation. 

AA avec TRT

TRT FR

Partager cet article? https://turquie2023.com/OdsfIZ
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire